Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'info s'ajuste au participatif

20/12/2007 - par Delphine Le Goff

Les sites d'information 2.0 ont fleuri sur la Toile cette année, sollicitant les contributions des internautes. Un modèle à manier avec précaution.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Je veux vous dire ce soir que nous avons besoin de vous. » C'est par cet appel aux bonnes volontés qu'Edwy Plenel, ex-directeur de la rédaction du Monde, a débuté la présentation du site Mediapart, le 12 décembre à la Maison de l'Amérique latine, à Paris. Il est vrai que les lecteurs seront sollicités à plus d'un titre. Non seulement ils sont invités à s'abonner - le modèle économique du projet, qui sera lancé en mars 2008, étant payant-, mais ils pourront aussi contribuer directement au contenu du site. Car, comme son nom l'indique, Mediapart est un projet participatif. « Au fond, nous journalistes, allons voir ceux qui savent, mais ce savoir, nous ne l'avons pas, explique Edwy Plenel. Nos journalistes vont animer des communautés de lecteurs et éditer les contenus qui nous seront fournis. »

Pour ce faire, Edwy Plenel s'est adjoint les services de Benoît Thieulin, un pro du participatif. C'est lui qui a créé le site de Ségolène Royal, Désirs d'avenir. Au lendemain de la présidentielle, le fondateur de l'agence Internet La Netscouade est parti en Corée observer les pratiques du journal Oh My News, vétéran du secteur. Car tout l'enjeu pour les sites 2.0 qui ont fleuri ces derniers temps (Agora Vox, Rue 89 ou encore De Source sûre), c'est que les apports des internautes soient vraiment constructifs. Bien trop souvent, les commentaires brillent surtout par leur indigence, quand ils ne sont pas grossiers, voire injurieux. « Ce que l'on constate, explique Benoît Thieulin, c'est que la qualité des contributions sur Internet est fonction de l'implication des contributeurs dans le projet. La simple obligation de s'identifier pour poster un commentaire, par exemple, décourage déjà une partie des contributeurs "barbares" et fait chuter de manière mécanique le nombre de messages fâcheux ou sans intérêt. »

Le bon grain et l'ivraie

Les temps de l'utopie 2.0 sont révolus. Non, tout le monde n'a pas des choses intéressantes à transmettre urbi et orbi. D'une manière ou d'une autre, il faut trouver un moyen de réguler les contributions et de les hiérarchiser. Jean-Michel Aphatie, journaliste politique sur RTL, a ainsi dû mettre en place des outils pour canaliser les commentaires, trop souvent racistes ou diffamatoires. Chez Rue 89, on avait commencé par demander aux internautes de noter les interventions. Cela n'a pas suffi : les fondateurs ont par la suite dû mettre en place une charte des commentaires afin de faire comprendre à l'internaute ce qu'on attend de lui. Même un site 100 % participatif comme Agora Vox édicte des règles, un impondérable pour séparer le bon grain de l'ivraie.

C'est aussi la capacité des journalistes à éditer ce contenu spontané qui fait la différence. Le journaliste joue dès lors, avec l'internaute, le rôle de rédacteur en chef qui passe commande, donne les angles ou demande des précisions. Certains « journalistes citoyens » sont ainsi devenus des stars. En Corée, une femme au foyer qui relatait ses expériences quotidiennes a raconté le calvaire d'une employée philippine, dans l'incapacité financière de soigner le cancer dont elle était atteinte. Après son enquête sur l'absence de couverture sociale des travailleurs immigrés, le débat a été lancé en Corée du Sud, et le Parlement a été obligé de se saisir de la question...

Envoyer par mail un article

L'info s'ajuste au participatif

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies