Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La mobilité s'invite en ville

20/12/2007 - par Pascale Caussat

Du Vélib à l'autopartage, les initiatives se sont multipliées sur le thème des déplacements en ville.

I l est beige, pèse 22 kg et est incontestablement l'une des stars de l'année. Déjà bien connu des Lyonnais, le vélo en libre-service a débarqué dans le quotidien des Parisiens le 15 juillet 2007. Six mois plus tard, Vélib totalisait plus de 12 millions de locations, 162 000 abonnés longue durée et une moyenne de 80 000 locations quotidiennes. Si les grèves dans les transports en novembre ont mis le système à rude épreuve, avec 180 000 utilisations par jour et mille vélos hors d'usage, la création de JCDecaux pour la Mairie de Paris s'est imposée comme un mode de déplacement alternatif en ville.

« D'après ce que j'observe sur les blogs, précise Albert Asséraf, directeur général en charge de la stratégie, des études et du marketing de JCDecaux, beaucoup de gens ont développé la multimodalité, avec plusieurs moyens de transport. Quand on sait qu'un trajet en voiture à Paris fait moins de deux kilomètres, on va aussi vite à vélo. » Un phénomène pas seulement parisien. En 2007, Marseille, Toulouse, Besançon, Mulhouse et Aix-en-Provence ont célébré les avantages de la petite reine. Elles seront bientôt suivies de Nantes, Rouen et Amiens.

Le reflux de l'automobile individuelle en centre-ville fut un des thèmes de l'année. Les Français ont commencé à s'habituer à un nouveau mot : l'autopartage, qui n'est pas le covoiturage. Destiné à remplacer la voiture individuelle sur de petits trajets, l'autopartage est cité dans le rapport final du Grenelle de l'environnement comme un instrument de lutte contre les changements climatiques. Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a prévu de doter la ville de 2 000 véhicules en libre-service d'ici à 2009. Trois sociétés, le pionnier Caisse commune, Mobizen et Okigo, le joint-venture Avis-Vinci inauguré en juillet, sont labellisées par la municipalité.

Évolution des utilisateurs

L'expérience démarre doucement : les trois entreprises ne totalisent que 2 500 abonnés en Île-de-France. Éric de Saint Louvent, directeur marketing d'Avis France, est néanmoins confiant : « Okigo est en avance sur le plan de marche. De quatre parkings pilotes à Paris, nous allons passer à trente au premier trimestre 2008, avant d'envisager la province au troisième trimestre. » Le premier bilan révèle 77 % d'utilisateurs masculins et des pics en fin de semaine et en soirée. Loïc Mignotte, fondateur de Caisse commune, a observé une évolution parmi ses adhérents : « Au départ, nous avions des militants écolos, puis des bobos précurseurs de tendances, explique-t-il. Maintenant, ce sont aussi bien des familles qui résident à Paris, des seniors qui emmènent leurs petits-enfants ou des petites sociétés. »

Face aux nouveaux modes de déplacement, les loueurs de voiture ne sont pas en reste. Interrent, filiale d'Europcar fondée en 2003, se positionne sur la location « low cost », payable à l'heure près, sans abonnement. Destinée notamment aux étudiants, cette offre s'est associée en octobre à la Semaine de la Prévention routière et a mis à disposition des clients des éthylotests dans ses véhicules. Avis a lancé le service Preferred, qui permet aux utilisateursfréquents d'être servis en moins de trois minutes. National-Citer a communiqué sur son programme de compensation des émissions de carbone.

L'année 2007 a aussi vu l'émergence des sociétés de moto-taxis, comme Citybird, qui vient de signer un partenariat avec la compagnie aérienne L'Avion. Avec un peu de chance, les taxis parisiens, notoirement revêches, devraient se moderniser également...

Envoyer par mail un article

La mobilité s'invite en ville

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.