Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Sur le bout de la langue

20/12/2007

Mâchés, remâchés, voire rabâchés... ces mots ont beaucoup résonné à nos oreilles cette année. Année présidentielle oblige, la plupart sont politiquement connotés. Mais tous ont un petit goût de 2007.

Sanitaires (messages)

La loi est entrée en vigueur début mars. Depuis, les annonceurs du secteur agroalimentaire doivent soit payer une taxe, soit assortir leurs publicités de messages sanitaires du type : « Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas. » La majorité a opté pour les messages, sans grande conviction. D'autant qu'une étude Ipsos de juillet 2007 a montré que ceux-ci ont peu d'impact sur les comportements alimentaires des consommateurs. Pour lutter contre l'obésité, certains annonceurs ont d'ailleurs mis en place d'autres mesures. Comme Coca-Cola, qui s'est engagé à ne pas diffuser de publicité dans les programmes destinés aux moins de douze ans, ou Ferrero, qui ne communique plus dans les écrans des émissions regardées à plus de 25 % par des enfants de moins de dix ans.

Pouvoir d'achat

Il baisse, il baisse, le pouvoir d'achat... » Tel aurait pu être le refrain de Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle, lui qui se déclare alors le « candidat du pouvoir d'achat ». Son remède : « Travailler plus pour gagner plus », slogan qui a alimenté bien des conversations au bureau. De son coté, l'avisé commerçant E.Leclerc rebondit sur le sujet, alors que la publicité pour la distribution arrivait à la télévision en janvier 2007, ouvrant dans un premier temps un site baptisé ­­Quiestlemoinscher.­com, suivi par un portail Internet au titre évocateur (Mon-pouvoir-dachat.com). Six mois après voir été élu président de la République, Nicolas Sarkozy dévoile les grandes mesures prises à ce propos (paiement des RTT, déblocage de la participation, etc.) et s'octroie une hausse de salaire de 172 %. Pendant ce temps, les prix grimpent : l'Insee annonce une inflation de 0,5 % en novembre, soit 2,4 % sur un an...

TGV Est

Plus de vingt ans qu'on l'attendait... Après cinq ans de travaux pharaoniques qui ont mobilisé plus de 10 000 personnes, le TGV Est, ou plutôt la LGV (Ligne à grande vitesse) Est européenne, a été inauguré le 10 juin, pour un premier voyage commercial le 14 octobre. Le tout précédé de deux records, au passage récemment primés par le Grand Prix des stratégies de communication : le feu d'artifice le plus long et le plus rapide (5 400 km/h) du monde le 15 mars et le record de vitesse sur rail, soit 574,8 km/h, décroché le 3 avril. Reims est ainsi à 45 minutes de Paris, Nancy à 1 h 30 et Strasbourg à 2 h 20 (au lieu de 4 h auparavant). La facture globale est de 5 milliards d'euros, essentiellement supportés par l'État (1,6 milliard) et la SNCF (1,3 milliard). Six mois après la mise en service, le bilan est positif, avec un tiers de voyageurs supplémentaires sur la ligne par rapport à 2006. Seuls couacs : des tarifs élevés (20 à 30 % de plus que ceux des Corail jusque-là en fonction) et un nombre de trains insuffisant.

Rupture

Le candidat Nicolas Sarkozy a fait campagne, lors de l'élection présidentielle, sur le thème de la rupture. Cela lui a plutôt réussi puisqu'il est devenu le sixième président de la Ve République le 6 mai, en recueillant 53,06 % des suffrages. Un thème si porteur qu'il a, dans la foulée, englouti son couple : Cécilia et Nicolas ont divorcé le 18 octobre. Et qu'il éclabousse même l'opposition : Ségolène Royal, la candidate socialiste, et son compagnon François Hollande, patron du PS, se sont également séparés. L'UDF n'a pas non plus résisté à la vague : François Bayrou, confronté à l'attirance de ses camarades (le dernier en date étant Jean-Marie Cavada) pour la galaxie UMP - et les postes qu'elle recèle - a lancé son Mouvement démocrate, dit Modem. Quant à tous ceux qui veulent simplement divorcer sans pour autant s'affronter, cela devrait bientôt se passer chez un notaire, et non plus devant un juge. Bref, on désacralise le mariage. Disruptif !

Remarquable

Le 20 septembre 2007, Nicolas Sarkozy reçoit à l'Élysée Patrick Poivre d'Arvor (TF1) et Arlette Chabot (France 2). Un mot lui vient spontanément à la bouche : « remarquable ». C'est d'abord une façon de vanter l'ouverture dont il est le maître d'oeuvre. Fadela Amara fait ainsi un « travail remarquable », Jack Lang et Claude Allègre sont « des hommes de qualité » alors que Martin Hirsch accomplit « un travail extraordinaire ». Ce qui est remarquable est bien ce qui est destiné à être remarqué. L'affaire de la libération des infirmières bulgares, en août, est ensuite l'occasion de rendre un hommage appuyé à son (encore) épouse Cécilia qui, répète-t-il à deux reprises, « a fait un travail absolument remarquable » alors que Claude Guéant, le secrétaire général de l'Élysée, est lui aussi félicité pour son « travail tout à fait remarquable ». Nicolas Sarkozy traduit par là même sa vision de la politique : ne fait sens que ce qui se voit. Trois mois plus tard, il choisit Disneyland Paris pour être remarqué en compagnie de Carla Bruni.

Bravitude

Qui vient sur la Grande Muraille conquiert la bravitude... » C'est là sans doute l'une des plus mémorables « ségolinades » lâchées par la candidate socialiste lors de la campagne présidentielle. Pour ceux qui, alors, seraient passés à travers les innombrables commentaires sur la saillie de Mme Royal, rappelons que le mot bravitude a fait son apparition « officielle » dès 2002 dans le jeu Nainwak's World, désignant notamment le sentiment d'appartenance à la communauté des nains « braves ». Voilà qui aurait dû alerter la candidate sur l'issue de sa campagne. Avec ce néologisme sino-Royal, Ségolène souhaitait sans doute bénéficier d'un « rebondissage » électoral. Mais, en dépit de tous ses efforts linguistico-sémantiques, elle a finalement dû se contenter d'une « révoquitude » sans appel. La dure loi des urnes.

Ami

Que ceux qui n'ont pas reçu d'invitation pour rejoindre un « ami » sur Facebook lèvent le doigt. C'est le nouveau réseau social où il faut se faire voir et se faire « poker ». Ce mot vous est étranger ?

Un indice : il ne s'agit pas de participer à un jeu d'argent. En langage « facebookien », « poker » signifie envoyer une chiquenaude ou, selon le degré d'intimité avec le « friend » - la version française de Facebook n'est pas encore sortie -, faire un appel du pied, voire un clin d'oeil coquin. Telle est la clé du succès de « trombinoscope » (traduction littérale de Facebook), créé par un étudiant de Harvard en 2004, qui réunit aujourd'hui plus de 57 millions d'utilisateurs dans le monde : les multiples « applications » tout aussi ludiques que futiles qui permettent de créer du lien... du moins virtuellement.

360

Nous l'avions déjà retenu l'an passé. Nous ne pensions pas que le terme 360 (degrés, le fidèle compagnon jusqu'alors, ayant maintenant disparu du langage) serait autant usité cette année, au risque de l'overdose. Toutes les stratégies des marques sont désormais à 360, chiffre «magique» pour décrire des campagnes utilisant tous les moyens cross-médias possibles : les grands médias classiques, le marketing de rue, Internet, la rumeur, sans parler de l'incontournable interactivité... Ce qu'il y a de bien avec ce numéro un peu fourre-tout, c'est justement qu'il est un peu fourre-tout : on ne sait pas toujours très bien ce qu'il y a derrière. Seule certitude, en 2007, c'était le plus grand numéro qu'une marque pouvait vous faire.

Vélib

Ils sont gris-beige, un peu lourds et ont fait irruption dans la capitale en juillet. Succès immédiat pour les Vélib, ces vélos en libre service lancés par JCDecaux et baptisés par Nomen. Leur succès est tel qu'ont fleuri de doux noms dérivés, comme « vélibataire », « vélibeur », « vélibalade », « vélibmontant » (les amateurs pourront se reporter au Dictionnaire du Vélib publié par les éditions du Panama). Mais voici que s'annoncent les « voiturlib » promises par le maire de Paris Bertrand Delanoë et sa concurrente Françoise de Panafieu dans leurs promesses électorales. Ces véhicules non polluants attendraient les conducteurs occasionnels sur la voirie selon le même principe que les vélos. À horizon plus lointain, ce sont même des « scootlib » électriques qui pourraient débouler dans le Grand Paris. Mais la vraie question du moment, c'est plutôt : Sarko est-il oui ou non encore... « célib'»?

Grenelle

Apeine nommé, le gouvernement de Nicolas Sarkozy a remis au goût du jour un mot chargé d'histoire : Grenelle, qui renvoie aux accords signés en 1968 (une période pourtant abhorrée par la tête de l'État) entre patronat et syndicats rue de Grenelle, à Paris. Cette fois, il s'agit du Grenelle de l'environnement, qui a réuni l'État, les entreprises et les représentants de la société civile pour définir des mesures concrètes en faveur de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables. Fin 2007, il a été suivi du Grenelle de l'insertion. La mission consiste à lutter contre la pauvreté en organisant un vaste débat avec les acteurs concernés (associations, employeurs, État et collectivités locales) débouchant sur des plans d'action. À quand le Grenelle du pouvoir d'achat (lire plus haut) ?

Envoyer par mail un article

Sur le bout de la langue

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies