Vous êtes ici

Comment éviter le corporate news hacking

28/06/2019 - par Jérôme Lascombe

Fake News. Stratégies et Wiztopic organisaient le 4 juin une conférence sur le thème du corporate news hacking, la manipulation de l’information des entreprises et les moyens de s’en prémunir.

En janvier dernier, le groupe d’activistes des Yes Men détournait la lettre annuelle de Larry Fink, CEO de BlackRock annonçant que son fond d’investissement - le plus puissant du monde – se retirait progressivement du secteur des énergies fossiles… Une fake News diffusée via un faux e-mail et un faux site similaires aux canaux officiels, reprise par les médias dont le Financial Times. En 2016, c’est Vinci qui voyait son cours de Bourse chuter de près 20 % quelques minutes après la diffusion par Bloomberg d’une (fausse) information sur les résultats de l’entreprises. Une autre fake news diffusée par le biais d’un faux communiqué officiel plus vrai que nature, avec faux contact, faux numéro de téléphone pour confirmer l’information !

 

« En quelques minutes sept milliards d’euros se sont volatilisés avant que l’action ne remonte, laissant une baisse nette de 3,76% à la clôture, rappelle Jérôme Lascombe, président de Wiztopic. Qu’ils soient politiques ou crapuleux, ces actes sont de plus en plus nombreux et impliquent les principaux maillons de la chaîne de l’information que sont les émetteurs (entreprises) et les canaux de diffusion (médias). » Étonnamment, ils ne font pourtant pas encore l’objet d’un traitement coordonné.

 

Une solution mixant humain et technologies

Du côté des entreprises, le phénomène est devenu un vrai sujet de préoccupation : « C’est est un des dix risques fondamentaux de l’entreprise, reconnaît Thomas Barbelet, directeur exécutif groupe, marque et communication de Keolis. Nous menons un travail de veille permanente sur les réseaux sociaux pour identifier les signaux faibles mais l’essentiel du travail repose sur la mise en place d’un système d’information (pas de communication) au niveau corporate tant en interne qu’auprès de nos clients et partenaires. Nous croyons beaucoup en l’employee advocacy. »

 

Du côté des médias, le phénomène ne semble pas avoir bouleversé le métier, comme l’explique Robert Jules, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune : « Nos pratiques journalistiques nous ont mis à l’abri via le travail de vérification. Nous connaissons bien nos sources, une certaine relation de confiance s’est établie entre nous, même si nous n’oublions pas qu’il est courant qu’un discours d’entreprise s’appuie sur des données ou des études biaisées. » Pour lui, comme pour David Dieudonné directeur du Google News Lab, les fake news ne sont ni plus ni moins que des rumeurs d’avant amplifiées par le digital et les réseaux sociaux. « Nous travaillons beaucoup avec les journalistes que nous formons à mieux maîtriser les outils digitaux pour vérifier la validité d’une information, mais aussi à mieux travailler ensemble autour de moments clés que sont les élections, les grands débats, les breaking news, rappelle David Dieudonné. Nous travaillons sur ces points avec First Draft, une ONG qui fédère une trentaine de médias. Le traitement de ces fausses informations passe obligatoirement par une combinaison de solutions humaines et technologiques (outils de veilles, ndlr). » Et Jérôme Lascombe de conclure : « C’est tout l’intérêt d’un outil comme Wiztrust, qui certifie l’information en s’appuyant sur la blockchain dont on sait qu’elle ne peut pas être hackée. »

Envoyer par mail un article

Comment éviter le corporate news hacking

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Expertises

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.