Vous êtes ici

L'image de la radio s'améliore toujours

Où la radio s'arrêtera-t-elle? Tandis que les dernières études d'audience, Panel et enquête 75000 de Médiamétrie, ne cessent de mettre en valeur ses bons résultats auprès des Français, voilà que la deuxième vague du baromètre d'image de la radio, réalisé par BVA pourStratégies,confirme son excellente image. Mieux, d'une année sur l'autre, ses fonctions sont de plus en plus en appréciées. Ainsi, l'opinion selon laquelle elle«permet d'apprendre des choses»progresse de cinq points et sa fonction de détente gagne quatre points. Auprès des auditeurs réguliers de la radio (écoutant la radio au moins trois fois par semaine), ces scores progressent encore. Les moins de 25ans mettent en avant la détente, à 88%, les 50-64ans la fonction information et services, avec 92%. En réalité, en un an, les grands «fondamentaux» de la radio restent hiérarchisés exactement de la même façon, mais ils s'améliorent. Le tiercé de tête est toujours composé de RTL, pour l'humour et l'information, de France Inter, également pour l'information, et de NRJ, pour sa modernité et son dynamisme. Europe1, en revanche, est confrontée à un léger repli sur plusieurs critères. Une fois de plus, l'audience de la radio apparaît très corrélée à son image. Ce résultat mérite surtout d'être rapproché du niveau d'attachement des Français. Sur cet item, les quatre premières stations restent classées dans le même ordre, RTL et NRJ connaissant toutefois une légère baisse. Les 50-64ans, les retraités et les habitants de l'Est sont particulièrement proches de la station de la rue Bayard. France Inter se classe en première position auprès des cadres. NRJ, de son côté, est leader sur les moins de 25ans (à 17%), les 25-34ans (20%) et les employés. Les 50-64ans et les Franciliens sont, pour leur part, les plus attachés à Europe1. Dans ce classement, les évolutions les plus sensibles sont celles de France Info et surtout de Skyrock, qui passe en un an de la onzième à la septième place, devançant désormais Fun Radio en image, comme elle le fait déjà depuis plusieurs mois en audience. Concernant la perception de l'évolution des programmes, les auditeurs réguliers plébiscitent RTL2 cette année, 86% d'entre eux estimant que ses programmes se sont améliorés. Les cinq radios qui la suivent sont des musicales adultes, à l'exception des radios locales de Radio France. En écart entre ceux qui estiment que ses programmes se sont améliorés et ceux qui estiment le contraire, Europe1 perd 12 points et Fun Radio reste en queue de classement. Cela dit, d'une manière générale, auprès des auditeurs réguliers de la radio, tous les écarts restent supérieurs à 50%, contrairement au baromètre télévision réalisé par BVA et Stratégies, dans lequel les chaînes dépassent rarement des écarts de 35points. De même, le score obtenu par RTL (74%) montre que le leader de la radio en audience jouit d'une bonne image, ce qui n'est pas le cas de TF1 pour la télévision. En somme, les auditeurs perçoivent une vraie différence entre les formats radio. Enfin, pour la première fois, le baromètre s'est attaché à mesurer l'impact des campagnes sur les auditeurs. Pour 16% des Français, elles incitent à écouter la station. Comme dans la plupart des tests d'impact, ce sont surtout les moins de 25ans qui sont les plus réceptifs à la publicité.
Où la radio s'arrêtera-t-elle? Tandis que les dernières études d'audience, Panel et enquête 75000 de Médiamétrie, ne cessent de mettre en valeur ses bons résultats auprès des Français, voilà que la deuxième vague du baromètre d'image de la radio, réalisé par BVA pourStratégies,confirme son excellente image. Mieux, d'une année sur l'autre, ses fonctions sont de plus en plus en appréciées. Ainsi, l'opinion selon laquelle elle«permet d'apprendre des choses»progresse de cinq points et sa fonction de détente gagne quatre points. Auprès des auditeurs réguliers de la radio (écoutant la radio au moins trois fois par semaine), ces scores progressent encore. Les moins de 25ans mettent en avant la détente, à 88%, les 50-64ans la fonction information et services, avec 92%. En réalité, en un an, les grands «fondamentaux» de la radio restent hiérarchisés exactement de la même façon, mais ils s'améliorent. Le tiercé de tête est toujours composé de RTL, pour l'humour et l'information, de France Inter, également pour l'information, et de NRJ, pour sa modernité et son dynamisme. Europe1, en revanche, est confrontée à un léger repli sur plusieurs critères. Une fois de plus, l'audience de la radio apparaît très corrélée à son image. Ce résultat mérite surtout d'être rapproché du niveau d'attachement des Français. Sur cet item, les quatre premières stations restent classées dans le même ordre, RTL et NRJ connaissant toutefois une légère baisse. Les 50-64ans, les retraités et les habitants de l'Est sont particulièrement proches de la station de la rue Bayard. France Inter se classe en première position auprès des cadres. NRJ, de son côté, est leader sur les moins de 25ans (à 17%), les 25-34ans (20%) et les employés. Les 50-64ans et les Franciliens sont, pour leur part, les plus attachés à Europe1. Dans ce classement, les évolutions les plus sensibles sont celles de France Info et surtout de Skyrock, qui passe en un an de la onzième à la septième place, devançant désormais Fun Radio en image, comme elle le fait déjà depuis plusieurs mois en audience. Concernant la perception de l'évolution des programmes, les auditeurs réguliers plébiscitent RTL2 cette année, 86% d'entre eux estimant que ses programmes se sont améliorés. Les cinq radios qui la suivent sont des musicales adultes, à l'exception des radios locales de Radio France. En écart entre ceux qui estiment que ses programmes se sont améliorés et ceux qui estiment le contraire, Europe1 perd 12 points et Fun Radio reste en queue de classement. Cela dit, d'une manière générale, auprès des auditeurs réguliers de la radio, tous les écarts restent supérieurs à 50%, contrairement au baromètre télévision réalisé par BVA et Stratégies, dans lequel les chaînes dépassent rarement des écarts de 35points. De même, le score obtenu par RTL (74%) montre que le leader de la radio en audience jouit d'une bonne image, ce qui n'est pas le cas de TF1 pour la télévision. En somme, les auditeurs perçoivent une vraie différence entre les formats radio. Enfin, pour la première fois, le baromètre s'est attaché à mesurer l'impact des campagnes sur les auditeurs. Pour 16% des Français, elles incitent à écouter la station. Comme dans la plupart des tests d'impact, ce sont surtout les moins de 25ans qui sont les plus réceptifs à la publicité.