fbpx

Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Quand les start-up bousculent l’ordre établi

Le domaine des études n'échappe pas à la disruption. « Les données sont devenues une commodité, tout va beaucoup plus vite. Nous sommes là pour aider les opérationnels plus que les fonctions support dans leurs besoins, avec des produits simples et rapides pour relever leurs challenges quotidiens », résume Tarek Ouagguini, le fondateur de Happydemics. Créée en 2015, cette start-up fait fi de toutes les conventions en interrogeant les répondants dans leurs moments de vie, au fil de leurs navigations ou via des partenariats applicatifs, à l’aide de questionnaires courts, intégrant une tonalité directe, complice et intuitive. Les acteurs historiques ont bien intégré cette petite révolution, cherchant de plus en plus à travailler avec ces partenaires d’un nouveau genre en écosystème ouvert. Kantar vient par exemple d’ouvrir Station K, un lieu d’échanges et de pitchs dédié aux jeunes pousses. Un premier partenariat a été signé avec Realytics, spécialisé dans la mesure des performances sur le digital des campagnes TV. Pour le cofondateur de Linkfluence, Guilhem Fouetillou, la vérité réside probablement dans l’union des deux mondes : « la donnée non structurée reste méthodologiquement exigeante et la technologie seule ne suffit pas. Les nouveaux acteurs sont dans l’obligation eux aussi d’adopter les méthodes en vigueur. »

 

 

Le Grand débat fait débat

Qui eût cru que l’actualité du Grand débat allait en faire surgir un autre, celui de la comparaison entre les IA descendante et ascendante. La première reconnaît des dictionnaires de sémantique prédéfinis pour y classer des thèmes. La seconde, plus complexe à manier, laisse l’algorithme tourner seul sous coordination humaine pour faire spontanément émerger de grandes thématiques. C’est la première option qui a été retenue pour traiter les 2 millions de contributions reçues. Au-delà des problématiques d’interprétation et de représentativité, Maximilien Moulin, expert chez Wavestone s’interroge : « Le grand risque reste que l’IA nous trahisse en sortant les grandes tendances que l’on connaît déjà, alors que l’on attend plutôt des idées singulières et intéressantes. »

Envoyer par mail un article

Ce que l'intelligence artificielle apporte aux instituts d'études

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies