Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Digital

La SNCF la joue « New Tech »

03/09/2018 - par Julien Morin

Opération séduction pour la SNCF qui conviait la presse, fin août, à venir découvrir son dernier centre près de Lille, consacré à la transformation digitale du groupe.

Après une période chahutée, avec la plus longue grève de son histoire au printemps et des incidents majeurs, notamment la paralysie totale de la gare Montparnasse en juillet, la direction de la SNCF veut montrer qu'elle reprend la main. Signal fort en ce sens: l'inauguration de sa cinquième Maison du digital «574» à Hellemes près de Lille (Hauts-de-France) le 29 août. Ce technicentre historique de l'entreprise fera figure de vitrine. Professionnels du ferroviaire, ingénieurs, chercheurs et start-up s'y côtoient. Objectif: permettre à l'ensemble du groupe SNCF d'être à la pointe en matière de nouvelles technologies. Depuis 2015, la société a investi 950 millions d'euros dans sa transformation numérique. Tour d'horizon des innovations présentées.

Maintenance prédictive

Aussi appelée maintenance prévisionnelle, cette techologie permet de détecter une possible défaillance technique en amont de sa survenue. Des conducteurs en région parisienne en sont déjà capables, grâce à un simple smartphone couplé à l'application Vibrato. Celle-ci transmet en temps réel des données liées à la vibration. Après analyse et comparaison, l'outil est capable de déceler un problème sur la voie ou sur le train.

Concrètement, si plusieurs trains envoient des vibrations suspectes à un même endroit, une inspection des infrastructures sera mise en place. Si un seul train émet une vibration non conforme, c'est la locomotive qui est contrôlée. Dans cette optique de maintenance prédictive, la SNCF utilise également un système de lidar –une technologie laser utilisée dans les voitures autonomes les plus pointues. Embarqué sur les trains, il permet de visionner l'ensemble du réseau ferré en 3D sans même se déplacer.

Lunettes connectées, drones...

La SNCF utilise également des objets connectés dans la maintenance industrielle. Les ateliers sont désormais équipés de drones accompagnés d'une tablette pour effectuer les constatations visuelles sur les différentes voitures des possibles réparations à effectuer. Les lunettes connectées sont un autre usage de modernisation. Un programme test est mis en place dans l'ensemble des technicentres SNCF. Ces lunettes offrent la possibilité à un technicien d'être en liaison directe avec un des pôles d’ingénierie au moment d'une opération de maintenance complexe. «Ce projet favorise notamment la rapidité des interventions» commente Cyril Verdun, responsable du pôle ingénierie de Saint-Pierre-des-Corps (périphérie de Tours).

Vers une application personnalisée

L'application SNCF, téléchargée 10,8 millions de fois, «va continuer de s'adapter aux besoins des voyageurs» indique Benoît Tiers, directeur général digital. À ce jour, 620 000 utilisateurs ont déjà accepté d’être géolocalisés. L’outil Data.flux Voyageurs analyse ces données de mobilité pour développer les offres de service et affiner leur personnalisation. Dès octobre 2018, l'application proposera par exemple d'envoyer des alertes aux usagers en cas de perturbation sur leurs itinéraires habituels.

Une modernisation profitable à tous ?

Ces innovations ont une double ambition: améliorer la performance et la compétitivité de l'entreprise. Certains nouveaux processus pourraient générer des économies budgétaires de 30 à 50%, d'après le président de la SNCF, Guillaume Peppy. La direction met aussi en avant des bénéfices pour le personnel. À titre d'exemple, les visualisations par drone évitent aux chaudronniers de grimper sur les trains dans les technicentres et de se recentrer sur «des tâches à valeur ajoutée», selon la SNCF, et d'amoindrir aussi les risques.

Dans un contexte de réduction des coûts, avec notamment des suppressions de poste au sein du groupe (2 000 en 2017 et 700 dans la branche fret d'ici à 2021), la question du remplacement des compétences humaines par l'intelligence numérique se pose. Interrogés à ce sujet, les dirigeants de la SNCF répètent que la technologie a pour vocation prioritaire d'aider, et non de remplacer. Autre point d'attention: si la récolte de données contribuera à accroître la sécurité et la qualité des lignes, la SNCF devra en parallèle veiller à la sécurisation de ces mêmes datas.

 

À lire:

- Mathias Vicherat, DGA de SNCF: «L'information voyageurs devient aussi centrale que le départ des trains»

- Réseaux sociaux : au cœur de la war room de la SNCF

574

Comme le record de vitesse atteint par un TGV sur rails réalisés par la SNCF le 3 avril 2007. La Maison digital d'Hellemes est la cinquième à ouvrir après Saint-Denis (Île-De-France), Toulouse, Nantes et Lyon. Il existe une antenne à San Francisco aux États-Unis à la double mission: veille stratégique et mise en relation avec les acteurs du marché de l'innovation (digital, nouvelles technologies...). À terme, le projet est de créer une Maison du digital dans la région de la Silicon Valley.

Envoyer par mail un article

La SNCF la joue « New Tech »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.