fbpx

Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le marché du funéraire

60 % d’indépendants, 40 % de groupes. Le marché funéraire, lourd de 2,5 milliards d’euros, est dominé par le leader OGF, (Pompes funèbres générales [PFG], Maison Roblot, Dignité Funéraire et Henri de Borniol), avec 1130 agences, 121 000 obsèques organisées par an et un chiffre d’affaires de 630 millions d’euros. Créé en 2010, Funecap Groupe (250 millions de chiffres d’affaires) rassemble quant à lui des marques telles que Roc Eclerc, Pompes Funèbres Pascal Leclerc, la société Rebillon fondée en 1811, le label France Obsèques réunissant une multitude de marques locales, l'Organisation Funéraire ou encore La Société des Crématoriums de France. Suivent plusieurs réseaux et groupements d’indépendants comme Le Choix funéraire, Funéplus ou Funéris.

 

 

Chiffres-clés

- 773 000 : nombre de décès prévus en France d’ici 2049 vs 531 000 en 2005 soit +45% (source Insee)

- 2,5 milliards d’euros : chiffre d'affaires 2016

- 4800 établissements : nombre d’opérateurs en 2016 (source Xerfi 2017)

 

 

 

 

Interview :

« Nous voulions marier l'humour à la mort »

Ian Strang est CEO de Beyond, comparateur de pompes funèbres britannique. Sa récente campagne, pétrie d'humour noir, a été interdite dans le métro londonien en août dernier. Il revient sur la polémique pour Stratégies.

 

Comment avez-vous pensé cette campagne ?

Ian Strang. Nous avons pensé qu’il nous fallait adopter un ton polémique pour percer la répugnance du public à penser à la mort. La plupart des publicités du secteur funéraire sont ternes et ennuyeuses – on n'en peut plus de ces photos de visages de personnes âgées, souriant alors qu’ils déambulent dans un champ de maïs, moitié Theresa May, moitié Gladiator… Personne ne remarque ces publicités. Il faut un petit quelque chose en plus pour penser à sa propre mortalité lors de son trajet quotidien en transports en commun…

 

Pourquoi ce ton inhabituel ?

Nous avons décidé de marier l’humour à la mort. L’important étant que cet humour ne soit pas cruel ou dirigé vers quelqu’un en particulier – nous voulions qu’il s’inscrive dans la grande tradition britannique de l’humour face à l’adversité.

 

Êtes-vous surpris par les réactions autour de cette campagne ?

Non, nous espérions qu’elle susciterait de l’attention… et cela a été le cas, tout en confirmant la réaction que nous pouvions attendre de la part du public britannique – le fait que tout le monde est soi-disant à l’aise pour parler de la mort, tout en étant mort de trouille lorsqu’on lève ce tabou partagé ! Les transports publics londoniens ont choisi d’interdire notre campagne, tout en lui assurant une seconde vie. Comme on pouvait s’y attendre, et avec une certaine hypocrisie, les autres médias ont largement montré nos visuels, sachant qu’ils génèreraient du clic auprès de leurs lecteurs…

Envoyer par mail un article

Le marketing funéraire veut vous réconcilier avec la mort

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.