Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le mobile a la bosse du commerce

15/11/2007 - par Alain Delcayre

Opération « Payez mobile » ou site voyages-sncf.mobi, les expérimentations de paiement sans contact via le téléphone portable se multiplient. Le mobile entre de plain-pied dans l'ère du marketing.

Votre Carte bleue, vos cartes de paiement et de ­fidélité, vos badges d'accès au parking et à l'immeuble de votre bureau, ceux de votre restaurant d'entreprise ou de votre club de sport, jusqu'aux clés numériques de votre appartement : tout cela, et bien plus encore, tiendra bientôt dans votre téléphone portable. Grâce à la technologie Near Field Communication (NFC), qui permet d'échanger des données sécurisées à quelques centimètres de distance, le mobile peut devenir un moyen de paiement mais aussi un redoutable outil de relation client. Ce qui suscite évidemment l'intérêt des commerçants, des marques et des entreprises.

L'opération Payez mobile, officiellement lancée le 9 novembre dernier, en témoigne. Cette expérimentation de paiement mobile sans contact, qui doit débuter le 19 novembre à Caen et à Strasbourg pour une durée de six mois avec le concours d'un millier de clients et de deux cents commerçants, est menée par une vingtaine d'entreprises. Et non des moindres, puisqu'on y retrouve six grandes banques (BNP Paribas, Crédit agricole-LCL, Crédit mutuel-CIC, Caisse d'épargne, Banque postale et Société générale) et quatre opérateurs de téléphonie mobile (Bouygues Telecom, NRJ Mobile, Orange et SFR). « Il s'agit de la première initiative de ce genre, qui vise à l'inter-opérabilité et à la définition d'un standard international », assure Patrice Herzog, directeur des moyens de paiement du groupe Crédit mutuel-CIC.

Bouquets de services

De fait, que ce soit en France ou à l'étranger, notamment au Japon, pionnier en la matière (lire en page 21), les expérimentations sont toujours limitées à un opérateur et un partenaire, souvent une banque ou un transporteur. Ainsi, Orange mène depuis 2005 à Caen un test en collaboration avec Cofinoga et Vinci. L'opérateur s'essaie également depuis octobre à la billettique (application de l'informatique à toutes les opérations relatives à la billetterie) en Grande-Bretagne grâce au concours d'une cinquantaine de fans du Manchester Football Club. Bouygues Telecom n'est pas en reste, avec des opérations pilotes dans le domaine des transports, en 2006 en Île-de-France avec la RATP et la SNCF et, depuis mars dernier, à Grenoble avec le transporteur Transdev. Même la carte Monéo s'y met. BMS, société exploitant cette carte de paiement lancée en 1999 pour les petits achats du quotidien, conduit depuis le 1er octobre à Besançon une expérience sur mobile avec des étudiants.

La dernière expérimentation en date a été lancée fin octobre à Rennes et dans sa région par SNCF Proximités (TER, Transilien, Corail intercités, etc.). Testée avec le concours d'Orange auprès d'une cinquantaine de clients volontaires, l'opération propose d'accéder avec son mobile NFC au réseau de transport et aux parkings locaux, et de recevoir des informations via SMS ou grâce au système des « tags » (petits codes électroniques) affichés en gares et à terme sur les Abribus. « L'objectif est d'étudier la réaction des clients afin de construire un bouquet de services, que nous comptons déployer dans deux tiers des régions d'ici à 2010 », explique Sylvie Bourgeois, directrice marketing et services à la clientèle de SNCF Proximités.

« L'opération Payez mobile ne se limite pas au seul paiement, note également Laurent Herbillon, directeur développement des services et innovations de Bouygues Telecom. L'objectif est évidemment d'animer cette fonctionnalité de paiement en lui greffant une multitude de services. » Des services bancaires (état et gestion de son compte, transfert d'argent, etc.) mais aussi des applications de marketing relationnel comme la gestion de cartes de fidélité ou le dialogue avec des publicités interactives permettant de télécharger des informations via les « tags » que l'on photographie ou que l'on enregistre directement grâce au système NFC de son mobile.

Encourager les consommateurs à s'équiper

Il est clair que des initiatives comme Illimithics, les forfaits illimités à l'Internet mobile récemment lancés par SFR, devraient accélérer le mouvement. Sans parler du projet Android de Google, qui consiste à créer une plate-forme ouverte et compatible avec tous les terminaux mobiles, et dont les premières applications sont prévues dès l'an prochain.

« De fait, l'opération menée à Caen et Strasbourg n'est pas une simple expérimentation, mais bien un premier pas en vue d'une commercialisation prévue d'ici à fin 2008-début 2009 », déclare Yves Blavet, directeur de la monétique et de l'e-commerce à la Société générale. Toutefois, bien que les premiers mobiles NFC seront disponibles dès 2008, l'équipement du public à grande échelle ne devrait pas être effectif avant 2010-2012. En attendant, quelques-uns se sont jetés à l'eau avec les moyens du bord. Le Crédit agricole propose un service de demande de crédit via SMS. La Caisse d'épargne a lancé l'an dernier Movo, une offre mobile de transfert d'argent. Et les services, voire les sites mobiles (Ebay, Nespresso, Interflora, Colette ou Accor ont déjà le leur) se multiplient. La société Screentonic, spécialisée dans la publicité sur mobile, a par exemple signé ceux de Teleshopping et Boulanger.

À ce jour, l'initiative la plus aboutie est celle de Voyages-sncf.com, qui ouvrira le 29 novembre son propre site mobile, voyages-sncf.mobi : réservation et achat sur 112 trajets directs, consultation des horaires, informations et alertes sur les promotions et, d'ici au 1ersemestre 2008, échange et remboursement des billets. Conçu par l'agence Backelite, ce site permet, contrairement au système NFC, d'être d'emblée accessible par un grand nombre de mobiles. « Nous visons en priorité les acheteurs de dernière minute, les voyageurs fréquents et les jeunes », précise Christophe Léon, directeur marketing. Tous les opérateurs télécoms auront accès au site, mais Bouygues Telecom en aura l'exclusivité pendant trois mois. Sébastien Berten, président de Backelite, garde la tête froide : « Pour l'instant, le mobile est un média d'action intéressant pour acheter quelque chose ou obtenir des informations précises, mais ce n'est pas un média pour surfer sur Internet. » Pas ­encore.

Envoyer par mail un article

Le mobile a la bosse du commerce

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies