Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Orange met du cinéma dans ses tuyaux

22/05/2008 - par Anne-Lise Carlo

L'arrivée dans le cinéma du géant des télécoms fait du bruit. Réelle politique d'investissement ou simple stratégie commerciale, le septième art s'inquiète.

Il y a de l'Orange dans l'air sur la Croisette. Vendredi 16 mai, une tempête souffle sur Cannes et de nombreux acteurs français trouvent refuge sous la grande tente de l'opérateur, partenaire officiel du festival. Ce n'est pas qu'un hasard météo : Orange présente enfin au grand jour l'activité de Studio 37, sa filiale cinéma engagée dans la coproduction et l'acquisition de films français et européens. Dernier opus coproduit : le film de Jean-Paul Rouve, Sans arme, ni haine, ni violence. D'autres suivront comme le Coluche d'Antoine de Caunes ou La Possibilité d'une île de Michel Houellebecq. Studio 37 prévoit de coproduire une quinzaine de films par an. Impossible pour l'instant de savoir le budget global qui y sera consacré. En attendant, Frédérique Dumas, directrice du studio, est déjà bien entourée. Côté distribution, elle s'est assuré les services de Mars Films, lancé par Stéphane Célérier, licencié de Studio Canal.

Canal + sur la défensive

Studio Canal, le « gros mot » est lâché. Depuis l'annonce, au Marché international des programmes TV (MIPTV), du lancement des six chaînes cinéma et séries d'Orange prévu à l'automne, la guerre est déclarée entre la filiale mobile de France Télécom et Canal +. D'autant que la première vient d'annoncer qu'elle diffusera par satellite dès le 3 juillet son offre triple-play, ce qui lui permettra de couvrir la quasi-totalité des foyers français. La tension est telle que le patron de Mars Films, pourtant en duo serré avec l'opérateur, ne tient pas à commenter l'arrivée d'Orange dans le cinéma. Même discrétion du côté des grands studios français : « Inutile de souffler sur des braises déjà rouges », répond poliment le directeur général de l'un deux. Canal +, en situation de quasi-monopole sur le cinéma français, a-t-il rappelé le septième art à l'ordre ? « Studio 37, ce sont des relations presse. Orange ne poursuit qu'un seul but : vendre encore plus de téléphonie. Pour le cinéma, je ne vois pas en quoi c'est pertinent », lance Manuel Alduy, directeur du cinéma pour Canal +. En réalité, la puissance de l'offre d'Orange TV inquiète : l'opérateur proposera bientôt les matchs de Ligue 1 et, en exclusivité, les films du studio Warner Bros et de sa filiale HBO. Il devrait également commercialiser des forfaits autour de 5 à 6 euros pour le football et de 14 euros pour les chaînes cinéma et séries, soit une offre globale autour de 20 euros - contre 33 euros chez Canal +.

«Évolution logique »

Cinéma ou football, Orange a payé très cher ces exclusivités TV : environ 300 millions d'euros (un peu moins de 5 % du chiffre d'affaires de France ­Télécom). Mais a-t-il eu raison d'investir ? « Orange est le leader des opérateurs télécoms, ce qui lui permet un positionnement tarifaire plus élevé. Pour acquérir de nouveaux clients, il doit se différencier et trouver des relais, ce qu'il fait via les contenus », analyse Stéphane Dubreuil, directeur télécoms chez SIA Conseil. Son rival SFR, lui, se concentre pour l'instant sur la musique. Mais Michel Gomez, délégué général de la société civile des auteurs, réalisateurs, producteurs (ARP), confirme : « La stratégie d'Orange fait partie de l'évolution logique du métier des fournisseurs d'accès, et il sera suivi par d'autres. C'est une bonne nouvelle pour le cinéma que de voir de nouveaux acteurs financer des contenus. » Un expert ajoute : « Il y a encore peu de temps, certaines chaînes TV ont eu le projet de racheter des fournisseurs d'accès à Internet. Elles auraient été bien inspirées de le faire. » En effet, seuls les « vendeurs de tuyaux », comme France Télécom dans l'Hexagone, possèdent désormais la maîtrise des trois canaux de diffusion des contenus (TV, Internet et mobile). On assiste enfin à la révolution de la ­convergence si chère à Didier Lombard, PDG de France Télécom...

Envoyer par mail un article

Orange met du cinéma dans ses tuyaux

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.