Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Badoit

De tous les repas

08/10/1999

En quelque trente années de communication, Badoit a fait sa révolution. Connue pour ses vertus curatives, l'eau de Saint-Galmier est devenue une eau de table leader sur son marché.

Jean de La Fontaine se retourne peut-être dans sa tombe. Depuis la fin du mois de septembre, Badoit propose une version publi- citaire de sa fableLe Lièvre et la Tortue.Comme dans le spot précédent, «La cigale et la fourmi», là où le poète nous assénait sa petite morale, Badoit et l'agence DDB, détentrice du budget depuis 1972, réconcilient les deux antagonistes. Avec cette saga animalière qu'elle décline depuis bientôt deux ans, la marque nuance son éternel discours sur la digestion et affine sa promesse plaisir en investissant un nouveau territoire: celui de la convivialité et de l'ouverture aux autres. Et ça marche! Les scores Ipsos sont excellents. 89% des personnes interrogées ont déclaré aimer l'adaptation deLa cigale et la Fourmi.Sur le mois d'août dernier, la marque a même vu sa part de marché augmenter de 3% en volume par rapport à l'année dernière. Pendant longtemps, Badoit n'a eu qu'une seule idée en tête: nous faire digérer. Pour notre santé, afin de nous voir en meilleure forme, puis pour notre bonne humeur. D'un bénéfice purement physique, petit à petit, la marque s'est engagée sur le chemin du bénéfice psychologique. Au fil des spots, Badoit a mis en scène des personnages de plus en plus légers et joyeux.«Aujourd'hui, les repas ont changé,explique Éric Dalsace, directeur commercial chez DDB.Ils sont plus légers. Le discours pur et dur sur la digestion est obsolète. Le gage d'un repas réussi, c'est l'ambiance autour de la table et les relations entre les gens, plus que ce qu'il y a dans une assiette.»Le discours sur la digestion date des premières campagnes de publicité. C'est le socle sur lequel s'est peu à peu construit la marque. Lorsqu'en 1972, BSN - actuel groupe Danone- confie quelques-uns de ses budgets, dont Badoit, à Bernard Brochand, le fondateur de DDB en France, l'entreprise ne croit plus en la marque. Badoit se porte mal. Elle est vendue en pharmacie et essentiellement connue des gens dont la digestion est difficile, car elle possède un taux élevé de bicarbonate de soude.«Le bicarbonate nous a rappelé notre enfance,raconte le publicitaire.L'idée était de rendre la digestion joyeuse.»BSN tente le tout pour le tout. Le groupe lance la marque en grandes surfaces et en bouteilles en plastique. Le premier spot Badoit raconte un concours de choucroute. La marque conclut: «Badoit facilite la digestion et maintient en forme.»«C'était un changement radical d'image puisque ce spot montrait des gens joyeux en train de manger et de boire,se rappelle Bernard Brochand.L'ambiance était à la fois populaire et sympathique.»

Humour et impertinence

Afin d'ancrer l'eau gazeuse dans le quotidien,d'en faire une eau de table et non plus une eau curative, la marque va plus loin et signe «Badoit facilite la digestion des gens bien portants», dans un spot très drôle où officient Jean Amadou et Gérard Jugnot. On est en 1974 et la marque a déjà donné le ton de sa communication à venir: humour et impertinence. Grâce à ce repositionnement, Badoit se porte mieux, mais St-Yorre reste le leader du marché. Il faudra attendre 1982 pour que les ventes décollent. En 1986, Badoit devient le numéro un, mais, en 1989, elle est victime de son succès. La source ne peut pas produire plus de 280millions de litres. Certaines grandes surfaces ne sont plus approvisionnées. Les concurrents font courir des rumeurs. Pour tenter d'enrayer les ruptures de livraison, Badoit réduit le format tout en conservant le même prix. Afin de limiter le nombre de nouveaux consommateurs, elle se repositionne dans le haut de gamme. Utilisant les canons du luxe de l'époque- bateau de croisière, smoking - la marque propose une déclinaison élégante du fameux spot «La coupole» sorti en 1987. Ce film, conçu par Tho Van Tran et Eric Hollander, avait fortement marqué les téléspectateurs. Marchant sur les traces de Perrier, l'eau avait misé sur la nature euphorisante de ses bulles avec un homme et une femme dansant sur les tables. La comédie musicale a longtemps fait partie de la communication de Badoit. Les spots de 1975-1978 mettant en scène les Frères Jacques sont restés dans les mémoires. Plusieurs quatuors leur succèdent, dont des ménagères de cinquante ans en jupes à fleurs chantonnant «Ah, les petites bulles de Badoit...»«La danse n'est pas gratuite, elle est l'expression créative des bulles d'eau légères qui semblent elles-mêmes danser dans le verre»,précise Pierre Le Gouvello, l'actuel directeur général de DDB. En 1982, un spot met en scène un groupe de danseurs. La marque capitalise alors sur la forme.«Ce sont les années 80, l'ère de la diététique et de l'équilibre»,reprend Pierre Le Gouvello. Déjà, le discours sur la joie de vivre pointe son nez. En 1985, cherchant à recruter de nouveaux consommateurs et à élargir les habitudes de consommation, Badoit met en scène des jeunes dansant sur un train. Pour la première fois, la musique de la chansonY a de la joiede Charles Trenet sert de jingle. Dans les films qui suivent, comme celui qui montre des traces de pas au mur, le bénéfice d'une digestion réussie est définitivement psychologique. Le repas reste pourtant l'un des incontournables du territoire de la marque. «Peut-on envisager un repas sans Badoit?», entend-on à la fin de spots. La convivialité, oui, mais autour d'une bonne table.

Envoyer par mail un article

De tous les repas

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

DDB