Audiovisuel

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, a affirmé au cours d'une intervention à la Scam sa volonté de «préserver les engagements audiovisuels et cinématographiques», même si l'audiovisuel public comme le cinéma seront bien «mis à contribution pour l'effort de redressement des finances publiques». Évoquant la «ponction exceptionnelle» de 150 millions d'euros prélevée sur le fonds de roulement du CNC, elle a confirmé l'affectation des taxes du CNC à la production audiovisuelle et aux activités du cinéma. La baisse de la dotation budgétaire sera débattue au Parlement et impliquera des économies sur les «coûts de structure», via un avenant au contrat d'objectif et de moyen. La ministre s'est dite enfin partisane d'une «ressource pérenne, moderne et équitable», et hostile aux variations du financement de l'audiovisuel public.

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.

Lire aussi :