Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Audience Radio

Où sont passés les auditeurs radio ?

02/12/2019 - par Caroline Bonacossa

En un an, plus d’un million de personnes ont déserté l’écoute quotidienne de la radio, selon la dernière étude d’audience de Médiamétrie sur la vague de rentrée.

Comme toujours, les communiqués des stations qui ont relayé le 20 novembre les résultats de l’étude 126 000 de Médiamétrie, mesurant l’audience de la radio, étaient très positifs. Chaque antenne a pris soin de mettre en valeur ses performances, taisant subtilement ses contre-performances. Les directeurs de radios se seraient bien abstenus de battre un nouveau record : celui de la fuite des auditeurs. En un an, 1,1 million de personnes ont déserté le média. Pour une durée d’écoute quotidienne de 2 h 09, avec un pourcentage de 11,3 % des 13 ans et plus au quart d’heure moyen, l’audience moyenne sur la journée atteint son plus bas niveau historique.

Désertion des jeunes

Les matinales font les frais de cette désaffection. Le 6-9h était écouté en moyenne par 19,2 % de la population des 13 ans et plus à la rentrée 2018. Il plafonne à 18 % en cette rentrée (du 2 septembre au 3 novembre 2019). Ce sont surtout les jeunes qui abandonnent le média. Les 25-49 ans écoutaient en moyenne la radio 2 h 20 par jour à la rentrée 2016, 2 h 17 en 2019 et désormais 2 h 10. Quant aux 13-24 ans, ils suivaient les programmes radio pendant 1 h 30 en 2014, 1 h 09 en 2018 contre 1 h 02 cette rentrée. Soit une chute de 28 minutes en cinq ans, ce qui est assez vertigineux. Deezer, Spotify, Netflix ou Fortnite sont passés par là… « Un début de désaffection se fait sentir chez les jeunes, ainsi d’une baisse chez les 25-49 ans. En revanche, cette baisse est très légère chez les plus de 50 ans », confirme Philippe Nouchi, directeur de l’expertise média chez -Publicis Media.

Vincent Giret, patron de Franceinfo-, s’estime quasi stable avec une baisse de 0,2 point en audience -cumulée [AC] à 7,9 % et de 0,1 à 3,8 % en part d’audience [PDA]. «Les auditeurs ont traîné à reprendre leur rituel de la rentrée, explique-t-il. Depuis début septembre, nous avons regagné des auditeurs au fur et à mesure pour terminer la vague très haut ». Quelles antennes ont le plus perdu ? « Europe 1 retrouve des signes encourageants. Car mis à part la vague janvier-mars 2018, la station affichait des scores à la baisse ou stationnaires depuis 2014 », souligne Philippe Nouchi. France Inter bat ses propres records avec une progression sur les trois critères (AC, PDA et durée d’écoute). Une performance qu’elle partage avec France Culture. Toutes les autres radios connaissent des résultats plus contrastés. En PDA, RTL maintient sa place de leader avec 12,6 %, -talonnée par France Inter (12,5 % et +1,1). NRJ est à 6,3 % (+0,1), Nostalgie à 4,8 % (+0,1), Virgin Radio à 2,5 % (+0,1), France Culture 2,4 % (+0,3), Radio Classique à 1,6 (+0,2) et les Indés radio à 11,8 % (+0,4).

Mais les auditeurs volatils n’ont peut-être pas fui la radio. La mesure du replay est mal prise en compte alors que son usage se répand. « L’offre de podcasts, natifs comme replay, se développe fortement et peut avoir une incidence sur la consommation quotidienne », souligne Philippe Nouchi. Médiamétrie et l’ACPM travaillent chacun de leur côté pour mesurer cet usage grandissant. Sa prise en compte dans l’écoute radio pourrait rendre au média sa réelle puissance.

Envoyer par mail un article

Où sont passés les auditeurs radio ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.