Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Presse

Charlie Hebdo: Macron défend la liberté de blasphémer en France

02/09/2020 - par AdR, avec AFP

Le président, lors d'un voyage au Liban, a apporté son soutien au droit au blasphème alors que Charlie Hebdo republie les caricatures de Mahomet. Le procès de l'attentat qui avaient décimé la rédaction s'ouvre ce mercredi à Paris.

Emmanuel Macron a de nouveau défendu mardi 1er septembre «la liberté de blasphémer» en France à propos de la republication par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet, lors d'une conférence de presse à Beyrouth. «Depuis les débuts de la Troisième République il y a en France une liberté de blasphémer qui est attachée à la liberté de conscience. Je suis là pour protéger toutes ces libertés. Je n'ai pas à qualifier le choix de journalistes. J'ai juste à dire qu'en France on peut critiquer des gouvernants, un président, blasphémer, etc.», a-t-il répondu.

Lire aussi : Charlie Hebdo suit le procès des attentats de 2015

«Demain, nous aurons tous une pensée pour les femmes et les hommes lâchement abattus» lors de l'attaque de Charlie Hebdo en janvier 2015, a ajouté le chef de l'État, à la veille de l'ouverture du procès de l'attentat qui avait décimé la rédaction du journal satirique.
«Un président de la République en France n'a jamais à qualifier le choix éditorial d'un journaliste ou d'une rédaction car il y a une liberté de la presse à laquelle vous tenez à juste titre profondément», a ajouté Emmanuel Macron.
Il a cependant estimé, tout en soulignant que sa remarque ne s'appliquait pas aux caricatures de Charlie Hebdo, que cette liberté «implique en revers une décence commune, une civilité, un respect» et qu'avec «la liberté d'expression, il y a le devoir de ne pas avoir de discours de haine», citant notamment les réseaux sociaux.

Lire aussi : Charlie Hebdo republie les caricatures de Mahomet

Mardi 1er septembre, Charlie Hebdo a décidé de republier, en Une, les douze caricatures de Mahomet qui en avaient fait une cible des djihadistes et provoqué des manifestations parfois mortelles dans plusieurs pays musulmans.

«Nous ne nous coucherons jamais. Nous ne renoncerons jamais», a déclaré le directeur de l'hebdomadaire satirique, Riss. «La haine qui nous a frappés est toujours là et, depuis 2015, elle a pris le temps de muer, de changer d'aspect pour passer inaperçue et poursuivre sans bruit sa croisade impitoyable».

Le Pakistan a condamné cette décision mardi 1er septembre soir avec «la plus grande fermeté».

Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) a appelé à «ignorer» les caricatures de Mahomet publiées à nouveau dans Charlie Hebdo et à penser aux victimes du terrorisme, à la veille de l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015. «Les caricatures, nous avons appris à les ignorer et nous appelons à garder cette attitude en toute circonstance», a affirmé à l'AFP Mohammed Moussaoui.

Le procès de l'attentat djihadiste contre Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts le 7 janvier 2015, suivi le lendemain des attaques contre une policière à Montrouge et un supermarché casher, s'ouvre mercredi 2 septembre à Paris et durera jusqu'au 10 novembre, pour juger quatorze accusés.
Emmanuel Macron a revendiqué à plusieurs reprises depuis son élection «le droit au blasphème» et à la liberté d'expression, la dernière en date à propos d'une adolescente menacée de mort en février sur les réseaux sociaux pour des propos hostiles à l'islam.

Envoyer par mail un article

Charlie Hebdo: Macron défend la liberté de blasphémer en France

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.