Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

making of

Discriminant

28/04/2005

Respect, magazine soutenu notamment par les pouvoirs publics, s'attache à parler de diversité en défendant une certaine idée de la discrimination positive.

On n'a pas tant que cela l'habitude de voir ce genre d'images. Sur la couverture du dernier numéro deRespect,une blonde diaphane se love dans les bras d'un homme noir, avec l'accroche : « Le sexe sort des ghettos. » Depuis sa création, en 2002, le magazine, dont la profession de foi tient dans ces deux propositions, « Décoloniser nos imaginaires, apprendre à vivre ensemble », essaie de faire sa place dans un autre ghetto, plus doré celui-ci : le monde des médias, encore très peu ouvert à la diversité.

« Lorsque nous avons lancéRespect,on m'a fait sentir, de manière assez forte, que l'on ne faisait pas partie de ce monde-là,se souvient Marc Cheb Sun, rédacteur en chef du titre, d'origine italo-égyptienne.On nous disait, très gentiment, de retourner à nos fanzines associatifs, parce que nous ne trouverions pas de lectorat... »

Le trimestriel, dont la diffusion s'établit aujourd'hui à 30 000 exemplaires, était, à l'origine, soutenu par France Libertés, l'association dirigée par Danielle Mitterrand. Il est aujourd'hui financé par des capitaux publics (Fonds d'action et de soutien pour l'intégration et la lutte contre les discriminations et ministère de la Justice), des capitaux semi-privés issus de la Caisse des dépôts ainsi que par des sponsors privés, comme Vinci ou PPR, via sa fondation Solidarcité.

Dans son dernier numéro, le magazine revient sur la Charte de la diversité, lancée par l'Institut Montaigne suite à une étude de Laurence Méhaignerie et de Yazid Sabeg intituléeLes Oubliés de l'égalité des chances.Un texte qui a fait date, tout commeLes Entreprises aux couleurs de la France,un rapport de Claude Bébéar, président du conseil de surveillance d'Axa. Depuis le 22 octobre 2004, soixante dirigeants d'entreprises, parmi lesquelles Carrefour, Total ou encore L'Oréal, ont signé la charte.

Respect,chantre de l'« affirmative action » à l'américaine ?« Pas du tout, nous ne défendons pas les quotas, mais plutôt une certaine idée de la discrimination positive,indique Marc Cheb Sun.Depuis l'époque coloniale, on continue à penser que certains ne peuvent être considérés comme des décideurs... En Grande-Bretagne, le droit à l'entretien d'embauche est légiféré depuis 1976 ! Nous avons encore trop de retard : pour nous, il n'est pas question de sacrifier une nouvelle génération. »

Ni « blacks » ni « beurs »...

Le rédacteur en chef deRespectrefuse de privilégier une approche paillettes,« United Colors et Benetton »,de la diversité. Ne lui parlez pas de « blacks » ou de « beurs »...« Je déteste ce vocabulaire clinquant, il ne correspond à aucune réalité ! »,s'emporte-t-il. Il garde un souvenir amer de la lutte antiraciste des années quatre-vingt, période SOS Racisme :« Soyons lucides, la reconnaissance de l'égalité des droits n'a pas eu lieu. Pendant que les stars se pressaient aux concerts de soutien des associations antiracistes, les identités étaient de plus en plus en souffrance et le fossé social se creusait... DansRespect,nous pourrions privilégier une approche émoustillante, tendance, avec des stars du rap, dans la mouvance d'une certaine lutte antiraciste branchée. Mais nous nous refusons à mettre en scène la population à laquelle nous nous adressons. »

Depuis 2002, le magazine a trouvé un public chez les enseignants, les acteurs associatifs, sociaux, et chez les 18-30 ans.« Nous recevons même des courriers d'adolescents de 14 ans, qui lisent le journal dans le centre de documentation et d'information de leur collège... Cela me rend plutôt optimiste : si les représentations restent monolithiques, les mentalités changent ! »Dans son dernier éditorial, Marc Cheb Sun se félicite des derniers Césars, qui ont vu triompher le réalisateur Abdellatif Kechiche et ses marivaudages sur fond de banlieue.Respect,futureEsquivejournalistique ?

Envoyer par mail un article

Discriminant

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.