Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Glamour à mort

30/01/2020 - par DLG

Un journal qui meurt, c’est souvent un peu de sa jeunesse qui s’en va. Lycéenne puis étudiante dans les années 1990, je m'abîmais dans les pages de Glamour, magazine féminin pointu dont les séries de mode audacieuses me ravissaient. Tout comme Vingt Ans, merveille de mauvais esprit, trash et intello à la fois, néo-féministe avant le néo-féminisme. Ou encore Smash Hits, bimensuel britannique culte consacré à la culture pop, qui malmenait aussi bien Kylie Minogue que Margaret Thatcher, et dans lequel j’ai davantage appris l’anglais que dans les manuels scolaires. Les deux derniers ont déserté les kiosques depuis bien longtemps déjà. Glamour, lui, vient de faire son baroud d’honneur, passé de mensuel à une improbable périodicité bimestrielle en forme de chant du cygne. Tristesse. Pourtant, on le sait, dans la presse, sans doute encore plus que partout ailleurs, rien n’est éternel : Le Matin de Paris, L’Événement du Jeudi, Actuel… Hormis les « press junkies » dont je fais partie, qui écrase encore une larme en déplorant la mort de ces titres ? Le destin de Livres Hebdo, bible des éditeurs en péril, qui cherche à fédérer autour de sa pétition, laisse songeur, voire amer. Au champ d’honneur de la presse, les disparus ne sont pas longtemps pleurés.

Envoyer par mail un article

Glamour à mort

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.