Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Édito

Le tribunal des clics

24/02/2020 - par Gilles Wybo

À partir de combien de vues ou de partages d’une vidéo, au-delà de combien de retweets, un homme politique est-il condamné par le tribunal des clics ? Ce jury populaire composé d’internautes, bien souvent masqués, peut décider de la mort d’un candidat à une élection. Benjamin Griveaux a été condamné par ce tribunal des clics le 14 février. Et a renoncé à la course à la mairie de Paris. Peu importe sa couleur politique, c’est la méthode qui est effrayante ! Ce triptyque sexe, internet et politique rappelle une affaire aussi sordide : le 9 septembre 1998, le procureur Kenneth Starr publie un rapport très détaillé sur la relation intime entre le président Bill Clinton et une stagiaire de la Maison Blanche, Monica Lewinsky. Bien décidé à l’époque à en découdre avec Bill Clinton et à obtenir « l’impeachment » du président, le procureur décide de diffuser l’intégralité du rapport, avec force détails scabreux (dont la fameuse tache sur la robe), sur le site internet du Congrès. L’objectif est clair : faire condamner Bill Clinton par le tribunal des clics. À peine en ligne, le rapport est tellement consulté, que le serveur du Congrès saute.
Ces deux affaires ont un point commun : les médias traditionnels ont été court-circuités. Avec un leitmotiv : le public doit savoir et pouvoir juger par lui-même. Dans le cas de Benjamin Griveaux, Mediapart avait bien été contacté par le Russe Piotr Pavlenski, à l’origine de la vidéo, mais a refusé de traiter le sujet en arguant qu’il s’agissait « d’une affaire privée ». On finit par regretter le temps où les médias traditionnels jouaient le rôle de filtre.

Envoyer par mail un article

Le tribunal des clics

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.