fbpx

Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Motivation

Le gaming, arme de collaboration massive

05/01/2021 - par Gilmar Sequeira Martins

Fini le temps où jouer et travailler étaient antinomiques. Le gaming séduit les entreprises puisqu’il développe les capacités de collaboration et de communication, vertus de plus en plus indispensables pour maintenir la motivation et assurer la réussite des projets.

MoovOne, spécialiste du coaching digital pour entreprise, a pris le pli avec le second confinement. « Là, nous avons compris que la situation allait durer et que ce serait plus difficile pour cultiver le sens, explique son PDG Hugo Manoukian. Nous avons ressenti le besoin de recréer des moments informels pour partager de la bonne humeur. » La culture du gaming était déjà installée avec des jeux comme Counter Strike ou des jeux de poker, prisés des commerciaux, mais il manquait un jeu de collaboration plus propice à la détente. C’est début novembre que les équipes ont choisi Among Us qui met les participants au défi de démasquer l’imposteur caché parmi eux…
« Ce type de jeu améliore le fonctionnent entre les collaborateurs et entre équipes, poursuit le PDG. Cela permet de réduire les frictions qui peuvent exister dans le quotidien professionnel tout en renforçant le sentiment d’appartenance des nouveaux venus et en réduisant les tensions qui peuvent naître des échanges de travail. Et puis c’est aussi un sujet qui enrichit les échanges entre collaborateurs. Ce n’est pas un sujet purement professionnel ou qui vient des médias. »

Blind test

Si MoovOne interdit le jeu durant les horaires de travail, ce n'est pas le cas chez Unow, un acteur de la formation à distance où les jeux en ligne sont apparus durant le premier confinement. Désormais, il y a le blind test quotidien de 16h et 7 Wonders, un jeu de plateau qui captive régulièrement les collaborateurs durant le déjeuner ou dans l’après-midi. « Cela permet de déconnecter et de passer du temps avec ses collègues, de ne plus les considérer seulement comme des personnes avec qui il faut travailler, affirme le PDG Yannick Petit. Mais le gain majeur à mes yeux est de faire un break dans la journée et de se ressourcer, d’échanger pour ne pas rester le nez sur le guidon pendant toute la journée. Midi et 16h sont les deux moments où l'on a le plus besoin de souffler dans une journée. »

Daesign, autre acteur de la formation à distance, a misé sur les « business games collaboratifs » qui mettent les joueurs dans la peau d’un avatar occupant dans l’entreprise une fonction différente de la leur. « Chacune des équipes doit faire prospérer une entreprise, explique Marie-Charlotte Le Hénaff, responsable du marketing. Cela leur permet au fil du jeu de mieux comprendre les enjeux que doivent traiter les autres services de l'entreprise mais aussi de fluidifier la communication entre services. Ce type de jeu peut être aussi très utile pour améliorer les échanges entre équipes de différentes filiales situées dans plusieurs pays. C'est aussi une méthode qui génère une grande émulation au sein d'un groupe impliquant activement les participants. »

Mois « special gaming »

Toujours parmi les ESN [entreprises de services numériques], Proxiad Axe Seine a d’abord eu recours à un escape game virtuel. « Nous étions une vingtaine répartis en plusieurs équipes et nous devions interagir les uns les autres, nous balader de pièce en pièce pour réaliser certains défis collaboratifs en utilisant des objets du quotidien et résoudre des énigmes en un minimum de temps », décrit Sabrina Boulhat, responsable communication. Le mouvement a pris de l’ampleur avec le lancement du mois « spécial gaming » en octobre. Tous les collaborateurs qui le souhaitaient se sont vu offrir un mois d’accès à la plateforme Board Game Arena. « Cela permet de créer une dynamique entre les différentes filiales indépendantes du groupe, explique la responsable. Ce type d'événements virtuels est devenu un bon moyen pour casser les barrières géographiques. Toutes ces actions leur permettent de se sentir plus proches et de s'affirmer chez Proxiad. »
Nombreux sont les secteurs qui se mettent au gaming, même parmi ceux qui sont moins associés à sa culture. RSM Ouest, cabinet spécialisé dans l’expertise comptable, le conseil et l’audit, a eu recours pour la première fois à un escape game en visio pour son séminaire annuel, qui s'est lui-même tenu à distance. « Notre but était de mélanger les personnes des différentes régions afin d'assurer une meilleure cohésion, indique Christophe Blandin, directeur associé. C'était aussi l'occasion de mélanger des collaborateurs avec différents niveaux d'expérience pour favoriser les échanges. Cet escape game a aussi démontré que résoudre une énigme en équipe à distance était possible. Ce sera utile pour les futurs travaux collaboratifs à distance. »

Chasse au trésor digitale

Chez Axa, les serious games font partie de la panoplie RH depuis une dizaine d’années. « C'est un levier d'engagement car cela permet un engagement émotionnel et c'est aussi un bon outil d'observation des comportements », affirme Frédérique Bouvier, directrice de la Formation, du recrutement, du management des talents et de la performance d’Axa France. Lorsque des collaborateurs sont promus à des postes de managers, ils sont ainsi invités à participer à une chasse au trésor digitale organisée avec Hackeo, spécialiste du jeu de piste en réalité augmentée : « À la fin du jeu, ils sont invités à réaliser une boucle réflexive, passer en revue leurs forces et leurs faiblesses, et analyser la façon dont ils ont mis en œuvre un fonctionnement de groupe efficace, ce qui renvoie à la gestion des motivations, à la complémentarité des contributions ou encore à la répartition des rôles. » De quoi, là encore, développer la cohésion entre les participants mais aussi leur permettre de nouer des liens et de se créer un réseau interne, tout en enrichissant leur vision. Derrière la détente, le gaming accumule les points en entreprise.

« Les jeux vidéo ont des vertus »

Nathan Scheire, spécialiste de la gamification pour un grand groupe de services.



« Les jeux vidéo permettent de créer du lien, de le renforcer et de favoriser les interactions entre collaborateurs. Ils ont des vertus en temps de confinement mais pas seulement. Ils permettent aux collaborateurs d’échanger dans un cadre non formel dans lequel ils oublient les notions de hiérarchie ou de stress, de mieux se connaître et d’échanger plus facilement. Ce sont des jeux où les joueurs se rendent mutuellement service, ce qui améliore l’image que les participants ont les uns des autres. Cela crée des souvenirs positifs d’entraide, favorise une plus grande tolérance et renforce la dimension sociale des équipes. Globalement, cela va faciliter les interactions et les échanges entre collaborateurs et entre équipes. Les équipes seront aussi plus soudées et plus investies dans leur travail. Après des sessions de jeu, les salariés sont plus détendus et plus concentrés sur leur travail, ce qui permet d’améliorer la productivité et l’ambiance de travail. La perception de l’entreprise s'en trouve changée. Une organisation qui permet de se détendre, qui accepte que vous puissiez ressentir du plaisir sur le lieu de travail, qui permet d’associer bien-être et travail, va se construire une image positive. Cela peut améliorer la psyché d’une entreprise et l’ambiance générale. »

Envoyer par mail un article

Le gaming, arme de collaboration massive

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.