La révocation, le 15 décembre 2010, d'Éric Fottorino de la présidence du directoire du groupe Le Monde et son remplacement par Louis Dreyfus marque la fin d'une époque. Pierre Bergé, président du conseil de surveillance, associé à Xavier Niel (Free) et Matthieu Pigasse (Lazard) sont les nouveaux maîtres du Monde. Forts d'un vote massif des personnels en leur faveur aux dépens de Claude Perdriel (Le Nouvel Observateur), ils engagent à marché forcée un plan de rentabilisation du groupe, pour atteindre un résultat opérationnel positif dès la fin 2011, contre une perte 22,5 millions projetée en 2010, en intégrant une clause de cession provisionnée à hauteur de 7 millions d'euros. Le quotidien doit aussi atteindre l'équilibre (contre un résultat négatif de 8,9 millions d'euros en 2010) et Télérama doit presque tripler sa marge (2,1 millions d'euros en 2010).

Par ailleurs, un rapprochement est annoncé entre les régies publicitaires Le Monde Publicité, Publicat et I-Régie (Internet) sous la présidence de Corinne Mrejen. La rédaction du Monde dépend désormais directement de son nouveau directeur, Erik Izraelewicz. Une relance éditoriale est attendue à la rentrée avec une nouvelle offre du week-end pour Le Monde (–0,6% en diffusion, à plus de 286 000 ex. en 2010). Télérama (–0,5%, 631 000 ex.) et Courrier international (+2,5%) résistent mieux.

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.