Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Transports

Aux sombres héros de la SNCF

27/09/2017 - par Alexis LE MEUR

Avec une série de photos exposées sur le quai de la station Invalides, la SNCF entend lever le voile sur l’envers des chantiers de rénovation, souvent mal vécus par les usagers.

« Lumière sur les travailleurs de l’ombre » : le moins que l’on puisse dire, c’est que le nom de la nouvelle exposition, mise en place par la SNCF depuis le 27 août, a été choisi à bon escient. « Beaucoup de ces clichés sont sombres, le nom s’est imposé de lui-même », explique Claire Pardo, responsable communication SNCF du réseau Île-de-France. Ces vingt photographies, réparties le long des quais de la station Invalides sur le RER C, montrent les coulisses des travaux de modernisation du réseau effectués pendant l’été. « Bien souvent, les voyageurs ne perçoivent que les impacts des chantiers, il était donc important de les amener de l’autre côté du miroir, d’ouvrir une fenêtre émotionnelle aussi bien sur les hommes que sur les travaux, afin de mieux les comprendre. »

Parmi les quatre photographes sélectionnés, « deux sont des cheminots », relève Claire Pardo : « Bernard Baudin est expert caténairiste et Sylvain Cambon travaille régulièrement avec nous. Nous avons choisi les clichés en accord avec eux. » Leur connaissance du réseau et des hommes leur permet d’évoluer sereinement dans un environnement parfois hostile. « Pour prendre ces photos, il faut connaître les règles de sécurité, il est par conséquent très difficile d’embaucher des intervenants extérieurs. » À noter que les prises de vue se sont faites « de manière minimaliste, c’est-à-dire avec quasiment aucun matériel autre que leur appareil photo ».

Mettre en valeur son histoire

Le choix du lieu revêt, quant à lui, un intérêt des plus pragmatiques. « La station Invalides a été retenue car nous disposions de murs de rive disponibles. Par ailleurs, nous savions que nous pouvions monter l’expo lors des travaux annuels d’été. » Une initiative relativement peu onéreuse pour l’entreprise. « Pour une durée d’un an, la campagne nous a peu coûté [moins de 10 000 euros par mois selon nos estimations], étant donné que nous étions déjà propriétaire des supports. »

La SNCF cherche à mettre en valeur son histoire sans oublier les nouvelles technologies. « Nous avons privilégié, d’un côté, l’esthétisme des photos légendées, et de l’autre, l’utilisation des nouveaux moyens, comme Shazam, pour le levier émotionnel. » Grâce à l’application, les voyageurs peuvent accéder à des vidéos inédites, permettant d’aller plus loin dans la découverte du chantier ou du geste capturé dans chaque photographie. En noir et blanc ou en couleurs –un choix peu évident : « Nous avons été hésitants sur le noir et blanc de peur d’être passéistes, mais nous avons été convaincus par le travail des photographes. Avec la volonté de lier les dimensions digitales et manuelles. »

Une photo a même été prise depuis un drone. « Elle a été réalisée par Altametris, notre filiale consacrée aux drones. À l’origine, le cliché devait servir à surveiller le réseau, mais en regardant dans nos archives, nous nous sommes aperçus des trésors qu’il contenait : il laisse apparaître le gigantisme des travaux. »

Impressionnant, comme le nombre de chantiers menés chaque année : 300 sont actuellement en cours, avec en moyenne, selon SNCF Réseau, 200 km de voies renouvelées par an.
 
 

Envoyer par mail un article

Aux sombres héros de la SNCF

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies