Vous êtes ici

Bilan annonceurs 2015

Comme le révèlent le classement et les diverses mesures de Kantar Media Ad Intelligence, les investissements publicitaires baissent encore en 2015, même si ce repli est modéré (-0,6%, à 9,3 milliards d'euros en valeur nette). Pour autant, le nombre d'annonceurs (45 537), lui, est en hausse, de 0,9%. Et certains de ces derniers ont même le vent en poupe, à l'instar des enseignes de distribution, tels Lidl, qui passe de la 31e à la 4e place, et E.Leclerc, qui malgré une légère diminution de ses investissements médias, chipe la 3e place à Orange. Quant aux 20 premiers «nouveaux annonceurs» (ceux qui n'avaient pas investi dans les médias depuis 2 ans), leurs investissements se font très majoritairement dans la presse et à la radio, à 67,3%, la télévision étant trop onéreuse pour eux. Celle-ci, troisième média investi, est menacé par le display qui, dès cette année, pourrait lui chiper la place et monter ainsi sur le podium.

Comme le révèlent le classement et les diverses mesures de Kantar Media Ad Intelligence, les investissements publicitaires baissent encore en 2015, même si ce repli est modéré (-0,6%, à 9,3 milliards d'euros en valeur nette). Pour autant, le nombre d'annonceurs (45 537), lui, est en hausse, de 0,9%. Et certains de ces derniers ont même le vent en poupe, à l'instar des enseignes de distribution, tels Lidl, qui passe de la 31e à la 4e place, et E.Leclerc, qui malgré une légère diminution de ses investissements médias, chipe la 3e place à Orange. Quant aux 20 premiers «nouveaux annonceurs» (ceux qui n'avaient pas investi dans les médias depuis 2 ans), leurs investissements se font très majoritairement dans la presse et à la radio, à 67,3%, la télévision étant trop onéreuse pour eux. Celle-ci, troisième média investi, est menacé par le display qui, dès cette année, pourrait lui chiper la place et monter ainsi sur le podium.