Vous êtes ici

La production publicitaire

Avec plus de 700 films produits cette année encore, le marché français de la production publicitaire maintient ses volumes (chiffre d'affaires annuel de 250 millions d'euros, selon l'Association des producteurs de films publicitaires qui compte 28 membres produisant 80% de la publicité française). Toutefois, la crise économique - qui crispe les rapports entre annonceurs et agences de publicité - se fait logiquement sentir entre agences et sociétés de production. Par ailleurs, la tendance à l'internalisation de la production par les agences continue, elle aussi, de faire son chemin.

Résultat, sur un marché rétréci et tendu, il faut trouver d'autres portes de sortie. Après les films digitaux, les sociétés de production se tournent à présent vers le brand content. Avec des écrans qui se multiplient jusque dans le métro, les marques ont désormais besoin de s'exprimer plus souvent. D'où la nécessité de produire plus rapidement et plus fréquemment. Des contenus à moindre budget en comparaison d'un spot classique de publicité et qui appellent d'autres manières de produire.

 

Le marché naissant du brand content

Si certaines maisons de production se jettent à corps perdu dans ces nouvelles stratégies de brand content, d'autres restent encore un peu circonspectes face à ce marché naissant. A l'instar de leurs clients annonceurs d'ailleurs tout aussi septiques et en attente d'outils de mesure sur ces nouveaux terrains de jeux.

Signe que les temps changent malgré tout, beaucoup de producteurs français ne tournent plus forcément les yeux vers le festival publicitaire Cannes Lions mais bien vers un autre rendez-vous international, le festival South by Southwest qui se tient en mars chaque année à Austin (Etats-Unis). Né en 1987 avec la musique, le festival s'est plus récemment étendu vers le film et le digital faisant émerger ce qui se fait de mieux au niveau international dans ces domaines. Un vivier d'idées pour tenter de comprendre le renouvellement actuel que vit ce métier de producteur de contenus.
Anne-Lise Carlo

Avec plus de 700 films produits cette année encore, le marché français de la production publicitaire maintient ses volumes (chiffre d'affaires annuel de 250 millions d'euros, selon l'Association des producteurs de films publicitaires qui compte 28 membres produisant 80% de la publicité française). Toutefois, la crise économique - qui crispe les rapports entre annonceurs et agences de publicité - se fait logiquement sentir entre agences et sociétés de production. Par ailleurs, la tendance à l'internalisation de la production par les agences continue, elle aussi, de faire son chemin.

Résultat, sur un marché rétréci et tendu, il faut trouver d'autres portes de sortie. Après les films digitaux, les sociétés de production se tournent à présent vers le brand content. Avec des écrans qui se multiplient jusque dans le métro, les marques ont désormais besoin de s'exprimer plus souvent. D'où la nécessité de produire plus rapidement et plus fréquemment. Des contenus à moindre budget en comparaison d'un spot classique de publicité et qui appellent d'autres manières de produire.

 

Le marché naissant du brand content

Si certaines maisons de production se jettent à corps perdu dans ces nouvelles stratégies de brand content, d'autres restent encore un peu circonspectes face à ce marché naissant. A l'instar de leurs clients annonceurs d'ailleurs tout aussi septiques et en attente d'outils de mesure sur ces nouveaux terrains de jeux.

Signe que les temps changent malgré tout, beaucoup de producteurs français ne tournent plus forcément les yeux vers le festival publicitaire Cannes Lions mais bien vers un autre rendez-vous international, le festival South by Southwest qui se tient en mars chaque année à Austin (Etats-Unis). Né en 1987 avec la musique, le festival s'est plus récemment étendu vers le film et le digital faisant émerger ce qui se fait de mieux au niveau international dans ces domaines. Un vivier d'idées pour tenter de comprendre le renouvellement actuel que vit ce métier de producteur de contenus.
Anne-Lise Carlo

Le brand content redistribue les cartes

12/12/2013 - par Anne-Lise Carlo

Les marques varient de plus en plus leurs prises de paroles marketing. Les sociétés de production publicitaires se doivent de suivre le mouvement.