Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Comment les géants du Net s’offrent un vernis artistique

19/08/2013 - par Capucine Cousin

Google va ouvrir en septembre à Paris son Institut culturel, prolongement "brick & mortar" du progamme "Art Project". Et Amazon a inauguré le 6 août une plateforme de vente d’œuvres en ligne.

L'art, nouveau territoire de communication pour les géants du Net ? Coup sur coup, Amazon et Google ont montré leur intérêt pour ce domaine. Ou comment s'offrir un prestigieux vernis culturel, de manière autre que par les traditionnelles opérations de mécénat, tout en développant de nouvelles formes de business. Alors que tous deux ont pour point commun de s'être imposés comme acteurs incontournables dans la distribution en ligne de livres, quitte à couper l'herbe sous le pied des libraires traditionnels.

 

Google devrait ainsi inaugurer en septembre son Institut culturel, qui occupera une partie du rez-de-chaussée de ses locaux parisiens, installés rue de Londres dans un hôtel particulier. Le groupe table à cette occasion sur la présence de François Hollande, indique Les Echos.  Nicolas Sarkozy avait bien inauguré le nouveau Googleplex français en décembre 2011.


C'est promis, cet Institut culturel « ne sera pas un musée mais un lieu d'échanges et de débats », précise à l'AFP Amit Sood, directeur de l'Institut culturel de Google. De fait, Google s'est déjà doté d'une structure dédiée fin 2011, qui compte une équipe d'une trentaine de personnes.
D'ailleurs, pour mener ce projet, la firme de Mountain View a débauché en juin Laurent Gaveau, jusque là en charge des nouvelles technologies au Château de Versailles.
Google tisse un peu plus sa toile autour de l'art, de l'histoire et du patrimoine mondial.


Galerie virtuelle, plateforme Art Project


En février 2011, il lançait ainsi avec 17 grands musées partenaires de neuf pays, le Google Art Project, piloté depuis Londres par Amit Sood. Une sortie de galerie virtuelle qui permet de visiter en ligne les musées partenaires avec Google Street View, et de zoomer sur les œuvres. En avril 2012, Google comptait plus de 150 partenaires dans 40 pays. Il rassemble actuellement plus de 260 musées et institutions partenaires dans 43 pays. Huit musées français y figurent, dont le Musée d'Orsay et le Musée du Quai Branly, mais avec des absences notables, dont le Louvre et le Centre Pompidou. « Je cherche à avoir davantage de musées régionaux - comme le musée Malraux du Havre qui nous a rejoint - car ce sont les petits établissements qui peuvent bénéficier le plus de ce partenariat », explique Amit Sood.


Nouvelle étape, depuis juin, Google a réuni sur une plateforme unique à la fois Art Project, la visite virtuelle des grands sites du patrimoine mondial et les expositions d'archives historiques. Lancées en octobre 2012, ces expositions - on en compte actuellement 70 - sont réalisées par des institutions partenaires avec la technologie de Google, et portent sur des sujets tels que l'Holocauste, Nelson Mandela ou encore le château de Chambord.


Point commun de ces projets : Google s'ancre dans l'univers artistique en fournissant ses technologies. L'Institut culturel est une « activité non commerciale » du moteur de recherche qui met ici sa technologie à la disposition de ses partenaires, prend ainsi soin de souligner Amit Sood. « Google ne décide pas des contenus. Ce sont les institutions qui s'en chargent. C'est aussi à elles de régler les questions de copyright lorsqu'elles mettent en ligne des oeuvres d'art par exemple », souligne-t-il. 

 

Amazon Art, les enchères d'œuvres d'art en quelques clics

 

Autre petite bombe, le lancement par Amazon de Amazon Art, sa plateforme de vente d'œuvres en ligne, le 6 août dernier. Après les livres, les biens de consommation courante et l'épicerie, le groupe de Jeff Bezos y verrait donc un nouveau segment de e-commerce. Associé à des galeries, il y propose déjà plus de 40 000 œuvres de 4 500 artistes, allant de 10 dollars à 4,85 millions de dollars pour un tableau de Norman Rockwell.


De quoi tailler de croupières aux spécialistes tels que Artprice, leader autoproclamé des données sur le marché de l'art, créé par le Français Thierry Ehrmann, Artcurial (qui a organisé, ce printemps, une très médiatisée vente aux enchères en ligne du mobilier du Crillon), ou encore le site américain Artsy, qui compte parmi ses investisseurs Peter Thiel, le fondateur de Paypal, et Jack Dorsey, créateur de Twitter.

Envoyer par mail un article

Comment les géants du Net s’offrent un vernis artistique

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W