MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Plan de la rubrique Tendances
Votre Flux Rss Stratégies Tendances
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article
Page 1/2

Co-workers, les artistes exposent sur la Toile

Art contemporain

15/12/2015 -

Hyper-connecté, mais plus seul que jamais ? L'exposition «Co-workers, le réseau comme artiste», en cours au musée d'Art moderne de la ville de Paris, tente de répondre à cette question. Visite guidée.

© Pierre Antoine

La scénographie de l'exposition évoque les Apple Stores ou les Starbucks.

© Pierre Antoine

«We've ne'er gotten», par David Douard, dépeint un adolescent hyper-connecté et isolé à la fois.

© Pierre Antoine

Une parodie des vidéos sur You Tube «ASMR» offrant un «massage cérébral».

© Pierre Antoine

«Last spring/summer» d'Aude Pariset met les images du web à l'épreuve du temps.

«The Island (Ken)», la «douche horizontale» qui permet de faire la cuisine en se lavant.

Sur internet, les photographies ne vieillissent pas. Ni jaunissement, ni moisissure. Le temps n’a pas d’effet car tout y est précisément dématérialisé. C’est ce non-phénomène que questionne l’artiste française Aude Pariset dans Last Spring/Summer. Le principe est de collecter des images sur le web, de les imprimer sur des rouleaux de papier, puis de les plonger dans un mélange d’eau, de sel et de chlore. Les photos subissent alors une altération progressive durant trois semaines, avant d’être retirées puis accrochées à un dispositif de séchage. 

Cette œuvre poétique, qui réintroduit le concept de temps dans la forme numérique, prend place au sein de l’exposition «Co-workers, le réseau comme artiste» (1), organisée et mise en scène par le collectif new-yorkais DIS, fondé en 2010. Une sélection d’artistes contemporains très divers mais qui partagent un propos similaire: interroger la société contemporaine hyper-connectée. «La plupart sont nés dans les années 80. Ils appartiennent à la génération qui a grandi avec les réseaux sociaux et les smartphones», commente Jessica Castex, co-commissaire de l’exposition. «Ils posent un même regard ironique sur l’univers digital, sa culture et ses codes. Sans forcément rentrer dans une critique frontale.»

«Individualisme connecté»

La scénographie de l’exposition n’est pas sans rappeler les espaces de co-working. Ces lieux de travail partagés en vogue, propres et froids, où l’individu, rivé sur son ordinateur portable, est à la fois indépendant et relié à des réseaux multiples. On pense aux Apple Stores, ou aux cafés Starbucks. Ainsi, les œuvres cohabitent mais ne communiquent pas forcément les unes avec les autres. Une organisation caractéristique de ce que le sociologue Barry Wellman appelle «l’individualisme connecté». Cette métaphore fonctionne en fil rouge tout au long du parcours d’exposition. «À la manière des plateformes d’agrégation de contenus, c’est aussi un espace de flux où les objets, les images, l’information circulent», interprète Jessica Castex.

Si chaque œuvre peut contenir un clin d’œil à internet, on est pourtant loin du mouvement net-art qui sévissait dans les années 1990 et 2000 et des œuvres numériques. Les références au réseau prennent corps dans le monde physique à travers différents médiums: performances, installations, sculptures, peinture, vidéos ou encore photographies. Le visiteur est par exemple accueilli par un spot de présentation qui parodie les vidéos dites d’ASMR (autonomous sensory meridian response), sortes de massages cérébraux sonores qui foisonnent sur You Tube. «Les artistes chuchottent pour mieux se faire entendre», sourit Jessica Castex.


Page 1/2
Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants