Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Etude

Les Français plutôt favorables à la e-santé

15/02/2018 - par D.S.-G., avec AFP

Selon un sondage Odoxa réalisé pour Microsoft, Saegus et Stratégies entre autres, 63% des Français ont une opinion positive de la e-santé même si les sondés sont souvent peu au fait des dernières innovations du secteur.

Le développement de la e-santé est une source d'espoir pour une majorité de Français, même si la plupart d'entre eux connaissent ce secteur, selon un sondage Odoxa réalisé pour Microsoft, Saegus et Stratégies, publié le 15 février. 63% des personnes interrogées déclarent en effet voir d'un bon oeil le développement de la e-santé, terme générique regroupant la télémédecine, les objets de santé connectés, la chirurgie à réalité augmentée ou encore l'interprétation des données massives de santé (big data).

Ce bon accueil est plus important chez les hommes (68% d'opinions positives) que chez les femmes (58%), et sans surprise très marqué parmi les jeunes de 18-24 ans (72%) et les catégories socio-professionnelles supérieures (70%). A l'inverse, la e-santé inspire plutôt la crainte de dérives pour 36% des personnes sondées, notamment chez les 65 ans et plus (55% d'avis défavorables).

Favorables ou non à la e-santé, les sondés sont souvent peu au fait des innovations de ce secteur: si la plupart ont entendu parler de la télémédecine (75%) et des objets de santé connectés (74%), 62% ne savent «pas du tout» ce qu'est la chirurgie augmentée et 72% ignorent ce que peut bien être le big data en santé.

Implication du secteur public

S'agissant des objets de santé connectés, tels que des applications santé sur smartphones, des podomètres et autres balances connectées pour suivre en direct sa santé ou son niveau d'activité physique, seulement 10% des sondés ont déclaré en utiliser très souvent, 27% de temps en temps et 63% disent n'en avoir jamais testé.

Enfin, une large majorité (65%) des sondés est favorable à une implication du secteur public pour un développement efficace de la e-santé, plutôt que de la laisser exclusivement dans les mains d'entreprises privées.

Ce sondage a été réalisé en ligne les 7 et 8 février sur un échantillon représentatif de 982 personnes en France, selon la méthode des quotas.

Envoyer par mail un article

Les Français plutôt favorables à la e-santé

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.