Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Presse

Les 5 infos à retenir de la dernière étude One

29/09/2016 - par Delphine Soulas-Gesson

L’audience des quotidiens et magazines a reculé de 1,5% sur la période juillet 2015-juin 2016, selon la dernière étude One, publiée le 22 septembre par l’ACPM. Mais si l'on prend en compte l'audience numérique, la progression est de 1,3%. Parmi les faits marquants, le rebond de L’Equipe et la crise des newsmagazines.

La dernière étude One, publiée ce jeudi 22 septembre par l'ACPM, confirme une nouvelle fois le recul de la presse papier : sur la période juillet 2015-juin 2016, l'audience des quotidiens et magazine a reculé de 1,5% comparé à la vague précédente, un repli toutefois moins prononcé que par le passé (-3,1% en 2015).

Si l'on prend également en compte l'audience ordinateur, mobile et tablette, les marques de presse continuent néanmoins de gagner des lecteurs, avec une audience globale en progression de 1,3%, portée par les lectures sur smartphones. Le mobile apporte en moyenne 13% d'audience supplémentaire aux marques de presse, les tablettes 9%.

Rebond de L’Equipe, crise des newsmagazines, bonne forme de la presse santé et scientifique, magazines people à la peine : retour sur les faits marquants de cette étude.

 

L’Equipe rebondit grâce au numérique.

Une audience globale en progression de 17,7% sur une vague, à 19,6 millions de lecteurs par mois : L’Equipe profite à plein de la consommation d’information sur ordinateur, tablette et surtout smartphone. Malgré de bons chiffres de diffusion depuis son passage au format tabloïd en septembre 2015, le quotidien sportif recule en audience sur le seul support papier (-0,8% sur une vague en lecture d’un numéro moyen). Mais grâce au numérique, L’Equipe se hisse à la quatrième place des marques de presse les plus puissantes, derrière PQR 66 (43,4 millions, +0,9%), Le Monde (20,6 millions, +5,8%) et 20 Minutes (20,2 millions, +6%), doublant à cette occasion Le Figaro (19,2 millions, -0,9%), Télé loisirs (18,5 millions, -4,2%), Le Parisien-Aujourd’hui en France (17,9 millions, +4,1%) et Femme actuelle (17,5 millions, -3,7%). « Certaines marques de presse sont naturellement favorisées par l’actualité, sportive notamment, qui a été particulièrement riche au premier semestre », souligne Nicolas Cour, directeur général de l’ACPM. Comme L’Equipe, c’est également vrai pour Le Monde, 20 Minutes et Le Parisien-Aujourd’hui en France, qui malgré une audience print sur 30 jours en recul, voient leur audience globale bondir, portée par les lectures numériques, particulièrement sur mobile.

 

Newsmagazines cherchent lecteurs.

Au sein des hebdomadaires, la famille des newsmagazines est parmi celles qui souffrent le plus. Premier news tant en diffusion qu’en audience, L’Obs est en recul sur le support papier de 4,1%, à 2 millions de lecteurs chaque semaine, devant L’Express (1,95 million, -6,3%) et Le Point (1,93 million, -6,9%). Ces chiffres sont le reflet de la crise que traversent les newsmagazines ces dernières années, avec un modèle challengé plus que jamais par l’accélération de l’information sur internet. Mais contrairement aux quotidiens, les newsmagazines voient également leur audience reculer au global (-0,5% pour L’Express, -0,6% pour Le Point, -5,8% pour L’Obs) en raison, une fois n’est pas coutume, d’audiences en recul sur ordinateur, mobile et tablette. Et ce n’est pas Valeurs actuelles qui améliorera les résultats de cette famille : bien qu’en forte hausse en diffusion ces dernières années, le titre n’est pas mesuré dans l’étude One.

 

La santé en bonne forme.

Les magazines féminins peuvent dire merci à la presse santé : Santé magazine comme Top santé affichent des audiences papier en bonne progression sur la vague (+1,2% pour Santé magazine, à 2,98 millions de lecteurs par mois ; +1,9% pour Top santé, à 2,7 millions). Des résultats qui tranchent avec la situation plus contrastée des féminins généralistes. D’un côté, le supplément Version femina perd du terrain (-4,8%, à 7 millions de lecteurs par semaine), tout comme Femme actuelle (-4,9%, à 3,7 millions). De l’autre, Elle, qui avait été relancé par le groupe Lagardère courant 2015, affiche une légère progression (+0,7%, à 1,9 million). Si l’on regarde l’audience globale en revanche, Femme actuelle, Elle et Version femina sont en recul, à respectivement -3,7% (17,5 millions de lecteurs pour Femme actuelle), -2,5% (10,7 millions pour Elle) et -3,5% (10,5 millions pour Version femina).

 

Science et vie, premier mensuel.

« La presse à centre d’intérêt et la presse découverte se portent bien », se réjouit Nicolas Cour, de l’ACPM. Tout un symbole : Science & vie (4,08 millions de lecteurs par mois, +3,4%) a ravi à Cuisine actuelle (4 millions, +0,3%) le titre de mensuel le plus lu de France, devant Geo (3,7 millions, +0,2%). Même tendance à la hausse pour Sciences et avenir, dont l’audience progresse en une vague de 1,9%, à 2,8 millions de lecteurs. Les Français continuent de s’intéresser à la science en masse.

 

Les people à la peine.

C’est l’autre point saillant de cette vague : le recul de la presse people. Pas un titre n’est épargné, de Voici (2,6 millions de lecteurs, -5,1%) à Public (1,8 million, -3%), en passant par Closer (2,4 millions, -6,3%) et Gala (1,8 million, -0,7%). La planche de salut n'est pas non plus sur le numérique : Voici (11,1 millions) est à -4,5% sur une vague, Closer (10 millions) à -10,3%.

 

Retrouvez tous les résultats titre par titre dans notre data center.

La diffusion de la presse également en recul

 

Comme sur le plan des audiences, la diffusion des quotidiens et magazines a une nouvelle fois reculé sur la période juillet 2015-juin 2016. Comparé à janvier-décembre 2015, cela représente une baisse de 2%, selon les données rendues publiques ce jeudi 22 septembre par l'ACPM, qui pour la première fois a coordonné la publication de son étude d'audience One et les chiffres de diffusion pour le premier semestre. Toutes les familles de presse sont concernées par cette baisse : -1,6% pour la presse quotidienne nationale, -1,7% pour les quotidiens régionaux, -2,9% pour la presse magazine et -1,4% pour la presse professionnelle. Les versions PDF sont en forte hausse (+25%), mais ne représentent encore que 4,2% de la diffusion France payée.

Envoyer par mail un article

Les 5 infos à retenir de la dernière étude One

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.