MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Plan de la rubrique Tendances
Votre Flux Rss Stratégies Tendances
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article
Page 1/2

Les slogans, ces figures de style

Livre

25/01/2016 -

Les slogans sont-ils une nouvelle forme de littérature ? Ils font en tout cas appel aux mêmes procédés stylistiques. Hilario Silvio, professeur de français, les a recensés dans un dictionnaire de style, Publittératus. Commentaire composé.

© DR

Les anglicismes sont monnaie courante dans la pub

© DR

Arte a choisi la personnification un brin coquine

© DR

La rime favorise la mémorisation

© DR

Plus de 100 slogans sur 850 ont recours au mode impératif

Strasbourg, sa Petite France, sa cathédrale en grès rose, ses 560 kilomètres de pistes cyclables… Tous les matins, sans faute, Hilario Silvio en arpente à bicyclette les tours et les détours, pour se rendre au collège où il enseigne le français. Un jour, il y a trois ans, au cours d’un énième trajet, une constatation: «Je me suis aperçu qu’en dix minutes de vélo, j’étais quotidiennement exposé à trente messages en moyenne.»

Armé de son calepin, le professeur commence à inventorier chacun des messages publicitaires qu’il rencontre. Déformation professionnelle : dans «Sortez du troupeau, roulez en Polo» (VW), Hilario Silvio repère une césure à l’hémistiche (coupe rythmique à la moitié d’un vers), dans «Williams gel prend soin de votre peau et de votre portefeuille», il voit un zeugma (attelage de deux termes hétéroclites), dans «Quand c’est trop, c’est Tropico!», une antanaclase (répétition à l’intérieur d’une même phrase, d’un même mot pris dans des sens différents)…

«Au départ, je me servais des slogans pour apprendre les procédés littéraires à mes élèves», raconte Hilario Silvio. O rage! O désespoir! «Les élèves comprennent mieux les figures de style lorsqu’elles sont illustrées par des exemples publicitaires plutôt que par des passages de Corneille ou de Racine. Et lorsqu’on leur demande de citer des slogans, ça mitraille!»

En trois ans, les carnets d’Hilario Silvio se noircissent de 850 exemples, glanés sur les panneaux d’affichage mais aussi dans la presse écrite. Au fil des collectes, le projet d’un ouvrage voit le jour: Publittératus – Petit dictionnaire d’analyse littéraire des slogans publicitaires (L’Harmattan). Le titre est un clin d’œil à un ouvrage que les étudiants en lettres connaissent bien: le Gradus, dictionnaire des procédés littéraires. Le livre, lui, entend explorer ce que Silvio appelle «la publittérature» et donner «des outils pour analyser le tsunami langagier qui chaque jour déferle sur nous».

Mode impératif

De cette néo-littérature, le prof de français a extrait des constantes stylistiques. «Sur 850 slogans, plus de 100 ont recours à l’impératif, qui est la manière la plus basique, la plus directe, la plus brutale aussi, de demander à quelqu’un de faire quelque chose: “Essayez cinq minutes de pure douceur” (Perle de lait); “Libérez vos mobiles” (Free); “Choisis le goût” (Coca-Cola); “Roulez suréquipé” (Citroën C3); “Demandez plus à votre banque” (LCL)…» souligne Hilario Silvio qui écrit dans son ouvrage que «l’impératif est au publittérophage ce que le riz est à l’Asiatique, la semoule de blé à l’Oriental, la pâte à l’Italien et la patate à l’Alsacien: l’aliment de base, le pain quotidien, le vaste et gras pâturage où l’indolent bovidé se repaît à volonté, sans jamais douter de l’éternelle abondance de cette céleste manne». Serait-ce de l’ironie?

Victor Hugo disait de lui qu’il était un «pet de l’esprit»: le jeu de mot arrive néanmoins en deuxième position des procédés les plus prisés des publicitaires. «Citons “Re-belle” (Smart), pour l'homophonie (mots qui se prononcent de la même manière, mais qui n’ont ni le même sens ni la même graphie),  “À prendre ou à lécher” (Oréo), pour la paronymie (rapport lexical entre deux mots dont les sens sont différents mais dont la graphie ou la prononciation sont proches, de sorte qu'ils peuvent être confondus à l'audition) ou encore “Mettez vos pieds dans les étoiles” (Converse) qui joue sur sens propre et sens figuré», énumère Hilario Silvio. Suivent les anglicismes: «Passe le fun autour de toi» (Fanta), «Sodebo, c’est so good», «Et vous, êtes-vous 4G ready?» (SFR).

Elle marche souvent main dans la main avec l’impératif: l’exclamation, «manière de marquer l’urgence», souligne le professeur de collège, constituerait-elle, s’interroge-t-il, la «ponctuation du bonheur»? La litanie donne en tout cas la sensation d’une conversation avec un cocaïnomane très excité: «Le barbecue à prix Leclerc!», «La qualité moins chère!» (Lidl), «Ambiance!» (Casa), «Vive les bon plans! Vive les bonnes affaires!» (Conforama), «On a avancé Noël!» (La Poste mobile)… Fatigue!


Page 1/2
Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants