Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Protection animale

Pour faire pression sur Facebook, Peta devient actionnaire du réseau social

02/07/2019 - par Garance Bailly

Aux États-Unis, l'association de protection animale Peta est devenue actionnaire de Facebook, lundi 1er juillet, en réponse à une forme de censure par le réseau social de ses vidéos sur la maltraitance dans les abattoirs, les cirques ou les laboratoires.

«Les gens méritent de savoir ce que les animaux subissent dans les laboratoires, les élevages intensifs et les abattoirs, ou lorsqu'ils sont dépecés vivants ou plumés à vif pour des vêtements, et quand ils sont frappés pour qu'ils exécutent des numéros», a déclaré Tracy Reiman, vice-présidente exécutive de l'association Peta aux États-Unis. Pour que ce grief adressé à Facebook soit entendu, l'association de protection animale a choisi l'activisme actionnarial. En effet, celle qui dénonce la censure de ses vidéos par le réseau social dans une pétition, est devenue actionnaire de Facebook, lundi 1er juillet.

Selon Peta France, l'association a acheté 21 actions Facebook pour un peu plus de 4000 dollars, cela afin de pouvoir participer aux assemblées d'actionnaires. Peta affiche son ambition de «soumettre une résolution d'actionnaires, se rendre aux réunions annuelles de l'entreprise et d'y poser des questions à ses responsables». L'enjeu ? «Nous demandons à Facebook de suivre l'exemple de Twitter en permettant aux usagers de décider eux-mêmes s'ils souhaitent ou non que certains contenus soient cachés par des écrans d'avertissement sur leurs comptes», revendique Tracy Reiman.

Cette décision fait suite à l'utilisation par Facebook de messages d'avertissement («Le contenu de cette vidéo peut être violent ou explicite» en français) sur les vidéos de Peta qui présentent des scènes de cruauté envers les animaux ce qui, selon l'association, limite sa capacité à mettre au jour la souffrance animale auprès du grand public. Peta argue que sa capacité à partager des vidéos prises par des témoins via les réseaux sociaux a joué «un rôle vital dans de nombreuses victoires», autrement dit l'abandon de certaines pratiques par de grandes entreprises, et cite Dove qui a mis fin en 2018 à ses tests sur les animaux. 

Envoyer par mail un article

Pour faire pression sur Facebook, Peta devient actionnaire du réseau social

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.