Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Agences

Ils vont faire 2020 du côté des agences

03/01/2020 - par Sorlin Chanel, Cécilia Di Quinzio, Delphine Le Goff et Marie-Caroline Royet

L’équipe Follow, en pleine ascension

Follow, c’est l’agence montante du moment. Les fondateurs n’ont pas seulement créé une agence de marketing d’influence, mais un véritable label. Sundy Jules, Léa Elui, Sulivan Gwed… Follow a signé en pépinière la plupart des influenceurs de la nouvelle garde, une trentaine au total. Certains sont à peine majeurs mais comptent déjà des millions d’abonnés. Les nouveaux Norman et Cyprien, en somme. En capitalisant sur ces jeunes talents du web, les fondateurs de Follow émergent dans un secteur en pleine ascension. Leur rôle : faciliter les collaborations avec les marques. Mais leurs méthodes sont innovantes, à l’instar de leurs voyages sous forme de colonies de vacances regroupant tous les créateurs mais aussi des marques, invitées à s’intégrer dans leurs contenus.

 

Claude Chaffiotte et Corentin Monot,  ouvreurs de cellule

À l’automne, Corentin Monot quittait CLM BBDO, dont il était managing director en charge de la strategie et du new business. Le planneur, qui a débuté chez AKQA Londres en 2005 avant de passer par l’agence Duke Razorfish puis TBWA Paris, a rejoint Accenture Interactive. Il est chargé d’y lancer une cellule de création, qui sera chapeautée par Claude Chaffiotte, directeur d’Accenture Interactive. La création de cette cellule s’inscrit dans la stratégie de montée en puissance sur la création, une dynamique illustrée par la médiatisée acquisition de Droga5, ainsi que le rachat de l’agence de pub londonienne Karmarama, de l’enseigne brésilienne Africa, ou la création de cellules ad hoc. Un directeur de création devrait bientôt rejoindre cette cellule créative, dont le nom n’est pas connu à l’heure où nous écrivons.

 

Martin Sorrell, un gros appétit

Il se murmure qu’il effectuerait de fréquents allers-retours entre Londres et Paris. Et qu’il serait fort tenté par certaines enseignes digitales parisiennes. Martin Sorrell, ex-roi de WPP, à la tête de S4 Capital, ne cache guère ses ambitions : il espère que sa société double de taille d’ici à 2021, comme il s’en ouvrait au Financial Times en septembre 2019. L’appétit de Sir Sorrell reste grand : il a acquis la maison de production basée à Amsterdam, Caramel Pictures, ainsi que l’agence programmatique brésilienne Progmedia. En août 2019, il a fait main basse sur l’agence d’influenceurs néerlandaise IMA. Ces sociétés viennent s’ajouter aux deux grosses acquisitions de Sorrell : Mediamonks, société de production numérique créative qui produit des sites web, des jeux et des films, pour les agences de publicité basées à Hilversum, aux Pays-Bas, et MightyHive, agence de conseil marketing américaine.

 

Nicolas Zunz, au cœur de la data 

C’est un chantier urgent auquel s’attaque Nicolas Zunz. Et un défi de taille, même pour un tel bâtisseur. Dans le sillage du rachat d’Epsilon par Publicis, qu’il a rejoint il y a près de quinze ans, le co-CEO de Publicis Communications France vient de se voir confier les rênes de l’activité data du groupe dans l’Hexagone (environ 750 collaborateurs). Ce sont ainsi Publicis ETO (activité CRM du groupe), Soft Computing (entité de conseil en informatique spécialisée en marketing rachetée début 2019), Publicis Media Data Sciences (entité data des agences médias de Publicis) et les équipes françaises d’Epsilon (40 personnes) qui vont se réunir sous la bannière Epsilon pour traiter des problématiques data des annonceurs. Objectifs pour le président d’Epsilon France : prouver avec cette unification rapide la capacité de Publicis à intégrer les expertises du groupe, racheté cet été pour 4,4 milliards de dollars, mais aussi montrer l’exemple à d’autres pays qui pourraient adopter à terme la même stratégie.

 

Delphine Drutel, le vent en poupe

Les femmes à la tête d’une agence se comptent sur les doigts de la main. Plus rares encore, les femmes à la tête d’agences qui ont le vent en poupe. Et en ce moment, celle-ci est de tous les « pitchs » : Rosapark. Delphine Drutel, directrice générale, a contribué à sa montée en puissance, en passant le nombre de salariés de 90 à 130 et en gagnant pas moins de dix budgets en un an. Diplômée de l’Essec, elle commence sa carrière chez Young & Rubicam en 2003 pour continuer chez Havas City avant son absorption en 2012 par Rosapark, rapportant des budgets comme Thalys. Elle intègre l’agence en tant que directrice associée et se voit promue en janvier 2015 directrice générale aux côtés de Sacha Lacroix. Depuis septembre 2019, Buzzman est entré dans le giron d’Havas, devenant une rivale frontale pour son ancienne concurrente. Face à leur créativité également multiprimée, Delphine Drutel devra garder le cap pour ne pas perdre la main.

Envoyer par mail un article

Ils vont faire 2020 du côté des agences

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies