Réseaux sociaux

Après avoir soufflé le chaud et le froid sur la suite qu’il comptait donner à un sondage sur son départ qu’il a lui-même lancé, Elon Musk a finalement annoncé mardi 20 décembre se retirer de la tête de Twitter dès lors qu’il aura « trouvé quelqu’un d’assez fou » pour lui succéder.

Après plusieurs semaines de zizanie depuis le rachat de Twitter pour 44 milliards d’euros par Elon Musk, ce dernier a demandé aux utilisateurs du réseau social s’il devait quitter ou non la tête de Twitter, via l’outil sondage de la plateforme, lundi 19 décembre. Plus de 57 % des quelque 17 millions d’utilisateurs qui se sont prononcés se sont déclarés favorables à son départ.

De retour lundi en fin de journée aux États-Unis, en provenance de Doha où il a assisté dimanche à la finale de la Coupe du monde de football, Elon Musk est dans un premier temps resté silencieux, avant de réagir à des tweets laissant entendre que le résultat du sondage était le fruit d’une machination puis d’une armée de bots ayant faussé le résultat.

Lire aussi : L’oiseau bleu va-t-il mourir ?

En effet, en début de journée mardi 20 décembre, le patron de Twitter a retweeté le résultat d’une enquête d’opinion réalisée par l’institut HarrisX, auprès de son propre échantillon d’utilisateurs de la plateforme, et qui donnait 61 % des personnes interrogées en faveur de son maintien au poste de directeur général. « Intéressant, cela semble suggérer que nous avons bien un léger problème de bots sur Twitter », a alors réagi le propriétaire de la plateforme en réponse au tweet de l’institut présentant les résultats, semblant envisager alors de rester à la tête du réseau social.

Elon Musk a par ailleurs estimé que tout nouveau sondage serait réservé aux utilisateurs payants de Twitter. Le fantasque milliardaire a déjà utilisé cet outil pour prendre une décision : le 20 novembre dernier, il a créé un sondage au sujet de la réactivation du compte de l’ancien président américain, Donald Trump, ainsi que d’autres utilisateurs suspendus. À chaque fois le milliardaire s’est engagé à respecter le résultat du sondage qu’il lançait, avec le plus souvent des résultats qui allaient dans le sens qu’il envisageait.

Et lorsque plusieurs médias américains ont de leur côté assuré qu’il s’était en réalité mis en quête d’un remplaçant avant même le lancement de son sondage, citant des sources anonymes, le milliardaire avait réagi d’une simple émoticône moqueuse via sa plateforme. Pourtant, ces rumeurs ainsi que le résultat du sondage ont semblé être approuvés dans un premier temps par les investisseurs, le titre de Tesla était même en hausse, alors que les critiques sont de plus en plus vives concernant l’attention d’Elon Musk à l’égard de Twitter depuis son rachat, au détriment du constructeur automobile.

Lire aussi : L’UE lance un nouvel avertissement à Elon Musk

À l’inverse les signes de refus d’Elon Musk de quitter la tête du réseau social avaient été mal accueillis : le cours de Tesla a terminé la séance de mardi 20 décembre en baisse de plus de 8 %, avant l’annonce d’un futur départ. En trois mois, le titre du constructeur a perdu près de 55 % de sa valeur à Wall Street, et plus de 33 % depuis le rachat de Twitter. Dans les échanges après clôture à Wall Street mardi, le titre reprenait 0,92 % à 139,07 dollars.

En huit semaines l’entreprise a vu un certain nombre d’annonceurs se retirer face au risque que représente pour les marques la volonté du milliardaire d’y réduire la modération des contenus. Le groupe serait même « sur la voie rapide de la faillite », du propre aveu d’Elon Musk qui a répondu en public par un tweet, lundi 19 décembre, à un chercheur du MIT qui lui proposait de diriger gratuitement le réseau social.

Lire aussi : Twitter suspend les comptes de journalistes tech

Depuis le rachat fin octobre, le patron de Tesla et de SpaceX a suscité de nombreuses polémiques en licenciant la moitié des effectifs de Twitter, en rétablissant des comptes suspendus, en suspendant ceux de journalistes et en cherchant à lancer un nouvel abonnement payant. La semaine dernière, Elon Musk a supprimé puis rétabli les comptes de plusieurs journalistes américains de CNN, du New York Times et du Washington Post notamment, faisant réagir l’Union européenne et l’ONU.

Dimanche 18 décembre, ce sont les nouvelles règles, prévoyant qu’il était désormais impossible de publier un lien vers un réseau concurrent, comme Facebook, Instagram ou Mastodon qui a suscité l’incompréhension des utilisateurs, dont Jack Dorsey, le cofondateur et ancien patron de Twitter. Après la suspension de certains comptes en vertu de cette nouvelle règle, dont celui de l’investisseur Paul Graham, Elon Musk a nuancé sa décision, limitant la suspension aux comptes dont « l’objectif principal est la promotion de concurrents ».

Lire aussi :

Elon Musk veut donner le « pouvoir au peuple » sur Twitter

Elon Musk se lâche-t-il trop sur Twitter ?

L’Arcom s’inquiète de la modération sur Twitter

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.