Neal Mohan, directeur général de YouTube, a fait part de ses réflexions sur l’année 2023 et de sa vision pour 2024 dans une lettre adressée à «l’ensemble de la communauté».

Les créateurs de contenus doivent être considérés comme des « studios de nouvelle génération », a déclaré mardi Neal Mohan, le directeur général de YouTube, dans une lettre sur ses paris pour 2024 où il vante les mérites des youtubeurs et de la plateforme.

Le patron de la plateforme, depuis février 2023, prédit d’abord que l’intelligence artificielle va favoriser la créativité humaine. Il met notamment en avant les avancées de YouTube sur la question avec des vidéos de créateurs qui ont utilisé les outils d’IA dans leurs vidéos.

Cependant, l’IA suscite surtout de fortes inquiétudes chez de nombreux artistes. Ils craignent que les industries du divertissement, du cinéma à l’édition en passant par la musique, ne se servent de programmes d’IA pour produire des contenus à bas coûts en se passant d’une partie de la main-d’œuvre humaine. Des garanties de protection contre ce danger faisaient même partie des revendications des acteurs et scénaristes lors de la grève historique de Hollywood l’année dernière. Selon Neal Mohan au contraire, les modèles d’IA vont « stimuler la créativité ». YouTube propose depuis récemment des outils pour créer, d’une simple requête en langage courant, des arrière-plans pour les « Shorts », ces courtes vidéos inspirées du format de TikTok.

Le succès du réseau social chinois a relancé ces dernières années la concurrence entre les plateformes de divertissement pour attirer les créateurs et influenceurs les plus populaires, synonymes d’attention des utilisateurs, et donc de recettes publicitaires. YouTube a réalisé 9,2 milliards de dollars de revenus (+15,5 % sur un an) au quatrième trimestre 2024, et les abonnements payants (streaming de musique et/ou vidéo) rapportent désormais 15 milliards de dollars par an à Google.

Défendre le travail des youtubeurs

« Aujourd’hui, plus de 3 millions de chaînes font partie du YouTube Partner Program (YPP), qui permet aux créateurs de gagner de l’argent sur YouTube, s’est félicité le dirigeant. Le YPP a versé plus d’argent que toute autre programme de monétisation des créateurs - nous avons remis plus de 70 milliards de dollars aux créateurs, aux artistes et aux sociétés de médias lors des trois dernières années ».

Il note aussi que les téléspectateurs du monde entier regardent désormais en moyenne plus d’un milliard d’heures de contenus YouTube sur leur téléviseur chaque jour.

Google compte en outre défendre les youtubeurs pour que leur travail soit reconnu. C’est « un travail à temps plein avec une audience internationale, mais la plupart des gouvernements ne prennent pas en compte les créateurs dans leurs données sur l’emploi », déplore-t-il. Il assure enfin que la sécurité des enfants en ligne fait partie des priorités, alors que les offres de YouTube pour la jeunesse « touchent plus de 100 millions de téléspectateurs actifs chaque mois ». Les autorités accusent régulièrement les réseaux sociaux, Instagram et TikTok en tête, de nuire à la santé des plus jeunes.