Après un début de carrière en tant qu’avocate spécialisée en fusion-acquisition, Jade Genin décide de changer de voie pour suivre celle de son père en devenant artisane chocolatière.

À quelques mètres de l’Opéra de Paris, dans la même rue que la pâtisserie de Cédric Grolet et d'une boutique Pierre Hermé, se trouve l’artisane Jade Genin. Une maîtresse chocolatière qui a laissé sa robe d’avocate pour un tablier, animée par l’envie de poursuivre le travail de son père Jacques Genin, célèbre fondeur en chocolat. C’est ici dans sa première boutique, au 33 avenue de l’Opéra, que Jade Genin donne vie à ses créations, comme sa signature les Pyramidions, des chocolats répliques de la pointe de l’obélisque de la Concorde, en hommage à Paris, sa ville de naissance.

Jusqu’en 2019, elle était encore avocate spécialisée en fusion-acquisition. Au fur et à mesure que sa carrière avançait, elle s’est rendu compte qu’elle aimerait transmettre ce savoir chocolatier à ses futurs enfants, comme son père l’a fait pour elle. « Quand j’ai commencé à travailler, je ne pouvais plus aider mes parents à la chocolaterie et tout s’est coupé net. Ça commençait à me manquer et quand mon père parlait de retraite, cela me rendait triste et nostalgique. J’ai eu un déclic », raconte-t-elle. Depuis l’enfance, la chocolatière connaît le métier pour y avoir travaillé avec son paternel pendant plusieurs années lors des périodes d’été. N’ayant pas de frère ou de sœur, Jade Genin prend la décision de revenir à sa passion originelle qu’elle partage en famille en poursuivant la voie du chocolat, mais avec son propre ADN.

Après plusieurs mois de formation, Jade Genin ouvre sa boutique fin 2022. « Au début, j’ai pensé à reprendre la boîte de mes parents. Mais les produits de mon père ont une identité forte et déjà établie. Ils conviennent tant à sa clientèle que je me suis demandé si c’était pertinent d’arriver avec de nouvelles propositions. C’est là qu’est venue l’idée d’avoir ma propre entreprise et de reprendre, à terme, celle de mon père, en gardant son héritage et son identité », détaille-t-elle. Alors justement, comment qualifier les créations de Jade Genin ? Elles sont inspirées par son histoire personnelle et familiale. « Mes parents, grands voyageurs, m’ont ouverte à plein de cultures et de gastronomie locale. C’est cet angle qui a forgé mon identité. Aujourd’hui, mes chocolats sont une association de saveurs avec 26 parfums. Le monde de la mode et de la parfumerie m’a toujours attirée et j’essaye de le retranscrire en apportant une importance au raffinement et l’élégance dans mes créations. »

L’artisane chocolatière met un point d’honneur à ce que ses compositions n’utilisent aucun produit transformé. Aujourd’hui, les valeurs du sport l’accompagnent encore dans son quotidien, puisque jusqu’à ses 15 ans, Jade Genin était sportive de haut niveau en patinage artistique : « J’étais en section sport-étude, donc mon emploi du temps était aménagé. Cela me permettait d’avoir un cadre de vie différent, même si je n’avais pas le projet d’en faire ma carrière. Les points positifs du sport en compétition restent encore présents. » Pour 2024, l’artisane chocolatière souhaite poursuivre sur sa lancée en continuant de proposer des créations sophistiquées tout en faisant voyager les papilles de sa clientèle.

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.