fbpx

Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Environnement

Les entreprises intègrent désormais le climat dans leurs perspectives financières

11/01/2021 - par CDQ, avec AFP

Une large part des grandes entreprises dans le monde intègrent désormais le risque climat dans leurs perspectives financières, bien qu'à des degrés divers, mais rares sont celles s'intéressant au recul de la biodiversité, souligne le cabinet d'audit KPMG dans un rapport.

Les trois quarts des 250 plus grandes sociétés mondiales (par le chiffre d'affaires) ont un objectif de réduction d'émissions de CO2, relève le cabinet d'audit KPMG, qui depuis 1993 publie une enquête sur le reporting en matière de développement durable. Pour l'édition 2020, il a étudié 5 200 entreprises (les 100 plus grandes de 52 pays).

Selon elle, 80% publient désormais des informations en matière de développement durable (96% des 250 plus grandes) - contre 12% il y a près de 30 ans. Notamment, 43% reconnaissent l'existence de risques financiers liés au changement climatique (56% au sein du top 250), et les deux tiers ont des objectifs de réduction d'émissions.

Lire aussi : 65 marques veulent s'engager sur la biodiversité 

Taïwan arrive en tête, avec 92% de ses cent principales entreprises intégrant le risque climatique, la France est 2e à 87%. Elles sont 69% au Royaume-Uni, 68% aux Pays-Bas, 67% en Afrique du Sud ou 64% au Japon. Plus précisément, «cela signifie que les entreprises communiquent» sur le sujet, explique à l'AFP Anne Garans, associée et responsable du département Développement durable de KPMG France. «Avec des différences: certaines détaillent les risques, parfois une trajectoire carbone, d'autres vont moins loin. Il n'empêche que la dynamique est là.»

Selon elle, «la pression est multiple, notamment des investisseurs et des consommateurs». «La France est bien positionnée parce que la loi depuis 20 ans a montré le chemin, à travers des textes obligeant les entreprises cotées et non cotées avec certains seuils à rendre des comptes sur les sujets RSE, dont le changement climatique», souligne-t-elle.

Lire aussi : Le goodvertising est du greenwashing pour un Français sur deux 

Pour Adrian King, co-auteur du rapport, «de nombreux pays ont connu ces dernières années une évolution spectaculaire, liée aux nouvelles réglementations mais aussi au fait que la finance comprend mieux l'impact des questions environnementales, sociales et de gouvernance sur la performance financière et la valeur de l'entreprise». Et «les retardataires bientôt resteront au bord du chemin», prévient-il.

Mais les sociétés peinent encore à s'intéresser au risque que représente pour les affaires la perte de biodiversité: moins du quart des entreprises dans les secteurs «à risque» en font état. Seul le secteur minier échappe à ce constat.

Les latino-américaines sont les plus sensibilisées, les nord-américaines les plus à la traîne, note le rapport. «La vitesse à laquelle le monde est en train de perdre sa biodiversité est pour le moins alarmante. Tout business convaincu qu'il restera à l'abri est dans le déni», relève Adrian King, invitant les dirigeants à «s'en saisir»: «comprenez en quoi votre compagnie y contribue et quels risques elle court. Très bientôt vos investisseurs, vos bailleurs de fonds, vos assureurs, vos clients vous le demanderont».

Envoyer par mail un article

Les entreprises intègrent désormais le climat dans leurs perspectives financières

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.