Grande cause
Une œuvre d'art éclairant les destins d'une centaine de personnalités méconnues de l'Histoire française a été dévoilée le 19 septembre, place de la République à Paris. C'est Havas Paris qui a orchestré le lancement de ce «Panthéon des oubliés».

Résistants, militantes antiracistes, intellectuels ultramarins... C'est à une centaine de personnalités méconnues de l'Histoire française que le «Panthéon des oubliés» rend hommage. Cette œuvre d'art a été dévoilée le 19 septembre à Paris par SOS Racisme et une quinzaine d'associations, une opération orchestrée par Havas Paris.

«Notre Panthéon est bien plus grand qu'on ne le croit, il y a toute une série de personnes qui ont contribué à construire la France, à porter les valeurs proclamées par la France», a déclaré à l'AFP Dominique Sopo, le président de SOS Racisme.

Réalisée par l'artiste Gregos, l’œuvre se compose d'un buste en plâtre surmonté d'un écran où défile une galerie de portraits, également visible sur les réseaux sociaux où les internautes pourront aussi proposer d'ajouter des nouvelles personnalités. Pierre Seel, déporté homosexuel qui retraça son calvaire dans un livre, tout comme la journaliste et militante martiniquaise Paulette Nardal (première femme noire à étudier à la Sorbonne), font partie de la centaine de personnalités retenues par SOS Racisme et des associations partenaires comme SOS Homophobie, l'Union des étudiants juifs de France ou l'Association des jeunes Chinois de France.

Lire aussi : SOS Racisme fait appel à Archibald&Abraham

Par «inertie historique», mais aussi «machisme», les figures honorées dans la mémoire collective manquent encore de «diversité», a estimé Dominique Sopo, qui trouve «intéressant de faire de la place symboliquement à tout le monde». «Savoir qui on honore dans l'espace public, ça n'est pas neutre parce que ça joue sur nos systèmes de représentation» et donne des modèles aux jeunes générations, a-t-il souligné.

Itinérante, l'oeuvre se rendra d'abord à Sarcelles, dans le Val-d'Oise, avant de poursuivre sa route pour sensibiliser différents publics. «Ça permet de créer du lien entre nous, de créer le vrai vivre-ensemble, de créer des ponts entre les différentes communautés», a encensé Chantal Ahounou, adjointe au maire de Sarcelles, chargée de la démocratie locale et la lutte contre les discriminations. Des personnalités qui pourront être plus amplement étudiées et être mise en lumière grâce à sa mobilité.

Le 30 novembre prochain, Joséphine Baker (1906-1975) sera la prochaine personnalité à entrer au Panthéon. Reine du music-hall, figure de la Résistance et militante antiraciste, elle sera la première femme noire à être célébrée dans la nécropole laïque.

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.