GRANDE CAUSE

Les idées reçues sur le VIH, le virus responsable du sida, progressent de façon inquiétante, notamment auprès des jeunes. À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, ce 1er décembre, l’agence The Good Company a imaginé pour Sidaction une campagne de sensibilisation qui cache bien son jeu… 

De faux contenus « putaclic » pour informer sur le VIH, le virus responsable du sida, c’est le ressort employé par « Les Clics de la Tentation », une campagne imaginée par l’agence The Good Company pour le Sidaction, avec la participation de l’artiste Shy’m et de l’influenceuse Shera. Pour imaginer cette campagne, l’agence est partie du constat que les informations sur le VIH et le sida peinent à générer de l’audience, une large majorité de jeunes se déclarant (à tort) suffisamment informés (à 79% d'après l'Ifop). Ainsi, The Good Company a eu l’idée de créer des contenus aux titres racoleurs pour susciter le clic des internautes, le nom de la campagne faisant bien sûr référence à l’émission de téléréalité « L’île de la tentation ». 

La campagne détourne cinq types de contenus qui font le plus cliquer, en y insérant des informations véridiques et essentielles sur le VIH. On peut ainsi être tenté de cliquer sur « La villa de la vérité, premier gros clash entre deux candidates »« Images choc : ils croisent la dame blanche » ou encore « Découvrez avec qui Shy'm dîne ». Ces faux contenus, un brin provocateurs, entendent montrer que « la vérité mérite aussi notre curiosité », d'après le communiqué de presse de l'agence. Ils visent à susciter auprès d’un large public un intérêt pour des sujets souvent négligés et à encourager des conversations sur la prévention et le dépistage du VIH.

Stratégie média

La stratégie média, orchestrée par Values.media, a été pensée pour utiliser les formats qui génèrent le plus de clics et qui adressent ce type de contenu au bon endroit, au bon moment en digital et sur les réseaux sociaux : publicités natives ads, bannières digitales, vidéos teasing, pré-rolls…Tout le dispositif renvoie vers des ressources fiables sur la prévention et la transmission du virus.

Selon un sondage Ifop réalisé auprès des jeunes âgés de 15 à 24 ans pour Sidaction, les idées reçues sur le VIH et le sida ont la vie dure et progressent même de manière historique (les indicateurs sont les plus mauvais depuis 2009). 30 % des jeunes pensent que le virus du sida peut se transmettre en embrassant une personne séropositive (+13 points par rapport à 2022). Un quart croit que le VIH peut se transmettre en s’asseyant sur un siège de toilettes publiques (+8 points), en buvant dans le verre d’une personne séropositive (+10 points) ou en partageant la même assiette (+10 points).

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.