Spécial RSE

La directrice RSE et développement durable de L’Oréal France s’appuie sur son expérience marketing, très opérationnelle, pour transformer concrètement l’entreprise.

« J’aime bien être concrète dans ce que je fais. » Nommée directrice RSE et développement durable de L’Oréal France il y a tout juste un an, Élodie Bernardi affirme son intention de faire bouger les lignes. « Chez L’Oréal, nous avons justement une approche très concrète de la transformation durable », complète-t-elle. « Élodie est très solution oriented, elle excelle à mettre en place des solutions opérationnelles », confirme Jamel Boutiba, ex-DG de L’Oréal Paris qui a travaillé avec elle lorsqu’elle était DG France de Garnier. Et, si « la RSE peut être assez théorique et prospectif, Élodie rend les choses simples, très concrètes et surtout pas culpabilisantes », estime Julien Wintenberger, dircom de L’Oréal Grand public France et Sustainability leader.

L'action d’Élodie Bernadi s’appuie en premier lieu sur les 2 600 salariés du groupe qui suivent un plan de formation Green steps, lequel s’achèvera à l’été 2022. « Nous allons faire de tous nos collaborateurs des ambassadeurs de notre transformation durable », promet-elle, soulignant qu’il « faut d’abord se transformer soi-même avant d’emmener ses distributeurs et ses clients ». Comment passe-t-on des fonctions marketing à celles liées à la RSE de l’entreprise ? « Il y a un lien très évident, répond Élodie Bernadi. Lorsque j’étais DG de Garnier, nous avons décidé d’opérer un retour aux sources de la marque et d’en faire l’incarnation de la beauté durable. Cette expérience m’a donné le goût des enjeux de la RSE », résume-t-elle.

Son parcours est cohérent avec les attentes actuelles, selon Jamel Boutiba, car « la politique RSE a aujourd’hui un impact direct sur le business et ses interlocuteurs sont très orientés marketing ; il faut que le pilote de la RSE parle le même langage, c’est souvent là que le bât blesse ». Élodie Bernadi « a une capacité à interagir simplement avec un écosystème très large, elle est capable de parler avec le dircab d’un ministère, des membres du comex, comme des distributeurs ou des clients », illustre Julien Wintenberger. « Elle a une très forte proximité avec les gens, une forme de générosité et de simplicité qui met tout le monde à l’aise », abonde Jamel Boutiba.

Et s’il faut être très concret, quels sont ses gestes responsables au quotidien ? « J’ai supprimé la poubelle de ma salle de bains, celle qui échappe systématiquement au tri », dévoile-t-elle. Et « j’utilise désormais des cotons démaquillants réutilisables du Petit carré français, avec qui nous avons fait un partenariat avec Garnier » complète-t-elle. Comme quoi, RSE et marketing font vraiment bon ménage…

Parcours

2003. Après un bachelor en marketing à NEOMA Business School Reims, travaille au marketing chez Danone puis chez Rémy-Cointreau.

2011. Rejoint L’Oréal au marketing de LaSCAD (Dop, Cadum, Mixa….), puis intègre le marketing international de la division grand public de L’Oréal Paris (Elseve, Mixa).

2017. DG France de Garnier et Saint-Gervais Mont-Blanc.

Mars 2021. Directrice de la RSE et du développement durable de L’Oréal France.

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.