Philippe Baudillon, président de Clear Channel France

Le «hacking» de 600 faces publicitaires JC Decaux (Abribus et sucettes), dimanche 30 novembre, par l’association Brandalism.
C’est une nouvelle forme de résistance – illégale – que nous devons prendre en compte mais ce ne sont pas des collectifs antipub: ils utilisent l’affichage pour faire connaître leur opinion. C’est tout le paradoxe: pour proclamer quelque chose, on a besoin d’un média. Ils ne l’ont pas fait sur internet. En toute humilité, cela aurait pu nous arriver [chez Clear Channel]. Nous nous devons de rassurer nos clients annonceurs et préserver notre communication.

 

La réorganisation de Publicis Groupe en quatre «pôles à disposition de chief client officers».

La notion de Chief client officer est intéressante, c’est l’avenir. De la même manière avec les CDO (chief digital officer), l’enjeu est de faire basculer une entreprise dans une démarche où le client est au centre. C’est une stratégie que nous avons aussi mise en œuvre au sein de Clear Channel, incarnée en France par la méthode CAST (Consumer audience smart tracking, méthode centrée en amont sur la connaissance des consommateurs et en aval sur la mesure d’efficacité) en 2012, et en 2013 par la création d’une direction de la relation client.

 

Le projet de rachat de Métrobus par JC Decaux.

Selon nous, le nouvel ensemble aurait une position ultradominante à Paris (avec 92% des faces) et en Ile-de-France (80% des faces). Au-delà d’être le marché le plus important de France, c’est aussi le marché qui conditionne en grande partie la logique des réseaux que l’on vend au plan national. Au-delà, le risque est dans l’évolution de cette part de marché, car inévitablement, le poids de cette nouvelle entité se renforcerait dans les prochaines années. L’Autorité de la concurrence doit rendre sa décision avant le 28 décembre, ou si elle va plus au fond du dossier – ce que nous espérons – avant le 28 mars prochain.

 

L’impact économique d’une éventuelle arrivée du Front national au pouvoir dans les régions.

Le programme économique du FN est extrêmement flou, mais ils se focalisent sur un repli de la France avec la fermeture des frontières et la sortie de l’Euro, qui serait préjudiciable. L’histoire nous apprend que toute stratégie de repli économique n’apporte pas de croissance.
 
La campagne du gouvernement à l’occasion de la COP 21 («Maintenant, on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas»).

Si la COP21 permet un début de prise de conscience collective, ce sera un grand pas pour nous tous. La campagne du gouvernement montre la capacité du média affichage à toucher le plus grand nombre. C’est un média proclamatoire, de réactions et de retours. Personnellement, je pense que la campagne aurait pu être plus joyeuse. Dans la même veine, nous donnons la parole aux citoyens avec notre nouveau partenariat avec GOV, avec un relais sur nos mobiliers urbains et nos balises Connect.

 

Les sponsors de la Fifa qui appellent à des réformes supervisées par une autorité indépendante.

Il y a un effet de ciseaux dans le sport, du fait de son hypemédiatisation et des flux financiers croissants. Les sponsors attendent plus de gouvernance et plus de transparence, compte tenu des enjeux financiers, économiques et médiatiques. Les notions d’éthique qui s’imposent aux entreprises doivent aussi être incarnées dans le sport.

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.