Internet

Le groupe internet américain Yahoo a informé les candidats potentiels au rachat de certains de ses actifs qu'ils avaient jusqu'au 11 avril pour présenter leurs offres préliminaires. C'est ce qu'affirmait le 28 mars le Wall Street Journal, qui a eu accès aux lettres que Yahoo leur a adressé ces derniers jours, et dans lesquelles le groupe leur demande également de détailler les actifs qui les intéresseraient, la manière dont ils financeraient l'opération et les conditions qui y seraient attachées.
Certains acheteurs pourraient être intéressés par tout ou partie du coeur de métier de Yahoo, à savoir ses services en ligne, et d'autres par ses participations dans les sociétés asiatiques Alibaba et Yahoo Japan. D'après le Wall Street Journal, une quarantaine de sociétés ont signé un accord de confidentialité avec Yahoo ces dernières semaines, mais le groupe chercherait à réduire le cercle des candidats.

L'opérateur de télécoms Verizon, qui a racheté récemment un autre groupe internet, AOL, avait notamment indiqué dans le passé qu'il pourrait être intéressé par certains actifs en ligne de Yahoo. Les médias ont aussi évoqué un intérêt potentiel des groupes de médias IAC et Times Inc, ou encore les sociétés d'investissement TPG et KKR. Yahoo n'a pas réagi dans l'immédiat.

Un plan de restructuration

Arrivée aux commandes du groupe internet à l'été 2012 avec la mission de relancer la croissance, la directrice générale de Yahoo, Marissa Mayer, est dans une position de plus en plus fragile faute de pouvoir afficher de vrais résultats. Elle avait présenté début février un plan de restructuration de la dernière chance, passant par une réduction de 15% des effectifs et une rationalisation des activités.

S'il avait évoqué uniquement dans l'immédiat des cessions d'actifs non stratégiques, comme des brevets ou de l'immobilier, le groupe avait aussi ouvert la porte à une possible vente de son coeur de métier en disant être ouvert à la réception d'offres d'achats, et a depuis mis en place un comité indépendant pour évaluer les meilleures options.
Cela n'a pas calmé les investisseurs activistes, comme le fonds Starboard Value, qui a multiplié dans le passé les critiques contre la stratégie de Yahoo et encore annoncé la semaine dernière qu'il comptait réclamer, à la prochaine assemblée générale, le remplacement de l'intégralité du conseil d'administration.

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.