Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L’actu vue par...

Mehdi Maïzi : « Les Victoires de la Musique n’ont aucune crédibilité dans le milieu du rap »

08/02/2019 - par Marie-Caroline Royet

Mehdi Maïzi, animateur sur OKLM Radio et créateur du podcast NoFun revient sur les actualités de la semaine liées aux Victoires de la Musique, l'Eurovision...

Les Victoires de la Musique, le 8 février.

Au vu des charts, le rap se porte très bien... De ce fait, les organisateurs des Victoires de la Musique ont rajouté une catégorie «rap» en plus de celle déjà existante des «musiques urbaines», rendant les catégories incompréhensibles. Dans la catégorie «urbaine», Bigflo et Oli ont ainsi été nommés alors qu'il s'agit de rap... Dans la catégorie «rap», on se trouve face à une espèce de fouillis entre Moha La Squale et Damso qui ont été de gros succès alors que Georgio, lui, n’a pas vraiment marché. Le souci avec cette cérémonie, c'est que seuls les labels peuvent décider des nominations. Si l'on suit leur logique, on y trouve seulement les rapeurs les plus populaires... Que Vegedream, qui s'est fait connaître lors de la Coupe du monde de football, ne soit pas sélectionné en tant que morceau de l’année, c’est une aberration. Pareil pour Marwa Loud [chanteuse de pop urbaine et auteur du tube Qu'est-ce que t'as?]. C’est pourquoi dans l’écosystème du rap, les gens rejettent en bloc les Victoires de la Musique. Les acteurs y vont parce que cela peut ouvrir des portes ou relancer une carrière mais les Victoires n’ont aucune crédibilité dans leur milieu.


Le chanteur Bilal Hassani, qui représente la France à l'Eurovision, face à un déferlement d'attaques haineuses sur les réseaux sociaux.

Sur les réseaux sociaux, les messages ont toujours été extrêmement violents... Particulièrement sur Twitter. Les réseaux radicalisent les opinions, déforment la réalité et peuvent laisser penser que tout le monde adore ou déteste quelqu’un. Alors que le commun des mortels ne perd pas son temps à commenter et à déverser sa haine sur les réseaux... Dans le même temps, ces réactions prouvent que l’on a encore énormément de chemin à parcourir en termes de tolérance... Malheureusement, il faut sans doute en passer par ce genre de débordements... Malgré lui, Bilal Hassani devient un cobaye. Son profil paraît atypique alors que c’est un Homme comme les autres. Le paysage français n’a pas l’habitude de ce type de proposition artistique.

 

Le rapport du CSA sur le manque de diversité à la télévision.

L’inégalité homme-femme n’est pas propre à la télévision, ni à l’industrie de la musique. Regardez les profils de l’Assemblée nationale: hommes, cinquantenaires, blancs. C’est un problème plus global qui empêche les «minorités» d’accéder à des postes de hautes fonctions. Prenez le système américain, certes il y’a beaucoup plus de noirs visibles, mais cela ne veut pas dire que le racisme est moins vif dans leur pays. Si l'on prend le cinéma français, j’ai l’impression que la France, c’est Paris: la campagne y est très peu représentée, pareil pour la Province. Ces populations font elles aussi parties de ces minorités. Le système est trop autocentré et les gens ne l'acceptent plus... 

 

L'acte 12 des Gilets jaunes samedi 2 février.

De prime abord, il est très compliqué d’être en désaccord avec ce mouvement. Pour ma part, j’habite à Paris, je travaille dans la musique, je gagne assez bien ma vie, je peux dire que je fais partie de la caste des «privilégiés». Les revendications des Gilets jaunes me paraissent légitimes. En revanche, on ne peut pas cautionner la casse, les débordements, les insultes racistes… Ces comportements extrémistes éloignent des revendications initiales. L’idée de guillotiner le roi ne me fait pas fantasmer. Personnellement, je ne vois pas la révolution de cette manière là. Je suis d’accord avec le fond, un peu moins avec la forme.

 

Les 15 ans de Facebook.

Facebook a été révolutionnaire dans l’histoire des réseaux sociaux, largement devant MySpace et MSN. Un grand nombre de gestes devenus naturels ont été inventés par Facebook, comme le fait de taguer des personnes sur des photos. C’était vraiment le réseau social de ma génération. J’étais étudiant quand il est arrivé, c’était l’endroit où il fallait absolument être. La grande blague de l’époque, c’était de dire que Facebook cesserait d’être cool le jour où nos parents seraient dessus. Snapchat et Instagram [qui appartient à Mark Zuckerberg] ont ringardisé Facebook. Sans oublier que la plateforme a été pensée pour les ordinateurs, là où les nouveaux réseaux ont d’abord été conçus pour les smartphones. Le déclin de Facebook, c'est le sens de l’histoire...

Envoyer par mail un article

Mehdi Maïzi : « Les Victoires de la Musique n’ont aucune crédibilité dans le milieu du rap »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.