Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Télécoms

5G : la France choisira-t-elle Huawei ?

22/01/2020 - par AM/AFP

Selon l'Anssi, l'agence publique gardienne de la sécurité informatique française, le gouvernement commencera à rendre ses premières décisions sur le choix d'équipementiers 5G, en particulier Huawei, à partir du 10 février.

Le gouvernement français rendra à partir de la mi-février ses premières décisions sur le choix d'équipementiers 5G et notamment sur Huawei, vient d'indiquer Guillaume Poupard, le directeur général de l'agence publique gardienne de la sécurité informatique francaise, l'Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information).

Lire aussi : Sébastien Soriano (Arcep) : «Nous sommes des ouvreurs d'infrastructures»

«À partir du 10 février, le Premier ministre commencera à donner soit des autorisations, soit des refus» sur telle ou telle demande d'équipements 5G par les opérateurs, a indiqué Guillaume Poupard à la presse, en marge d'une cérémonie des voeux de l'Anssi. «Il y aura des autorisations, il y aura probablement des refus aussi», a-t-il dit, refusant d'en dévoiler davantage.

Seuls trois équipementiers télécoms, les Européens Nokia et Ericsson et le Chinois Huawei, sont capables de fournir les équipements pour les futurs réseaux 5G, le futur système de télécommunications mobile.

Pression américaine

Les États-Unis font pression sur leurs alliés pour qu'ils bannissent le constructeur chinois pour des raisons de sécurité, invoquant la proximité entre le constructeur et le gouvernement chinois.

Pour la France, «la bonne analyse c'est de se dire quels sont les risques, finement, en fonction de la localisation» des équipements concernés, «de leur usage», a expliqué Guillaume Poupard. «Ça ne peut pas être de dire "il y a des méchants et des gentils" (...), c'est une mauvaise analyse vers laquelle nous poussent certains de nos alliés outre-Atlantique, mais ce n'est pas bonne analyse», a-t-il ajouté.

«Il y a un jeu géopolitique, un conflit économique entre les États-Unis et la Chine», a-t-il encore estimé. «Notre ambition est de ne pas être spectateur victime de ces conflits mais bien de garder notre souveraineté et notre capacité de décision, et la 5G n'est qu'un sujet», a-t-il indiqué.

L'Anssi organisait mardi 21 janvier pour la première fois ses voeux en présence de plusieurs dizaines d'invités du monde de la cybersécurité. Après dix ans d'existence, le gardien de la sécurité informatique française cherche notamment à accroître sa coopération avec d'autres acteurs publics, les militaires du Cybercom (commandement des opérations cyber), et le secteur privé.

Lire aussi :

L'UE pointe les risques posés par Huawei... sans le nommer

- Huawei porte plainte aux USA contre sa mise à l'écart de subventions

Envoyer par mail un article

5G : la France choisira-t-elle Huawei ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.