Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Presse

Les rédactions de Lagardère inquiètes de l'arrivée de Sarkozy

04/03/2020 - par DSG, avec AFP

Suite à l'annonce de l'entrée de Nicolas Sarkozy au conseil de surveillance du groupe Lagardère, les sociétés de journalistes et de rédacteurs de Paris Match, le JDD et Europe 1 craignent pour leur «crédibilité».

Les sociétés de journalistes et de rédacteurs (SDJ et SDR) du pôle News du groupe Lagardère (Paris Match, le Journal du dimanche et Europe 1) s'inquiètent des conséquences pour la crédibilité de ces médias de l'entrée de Nicolas Sarkozy au conseil de surveillance du groupe. «Dans un contexte de défiance généralisée vis-à-vis des médias et de suspicion de leur proximité avec les responsables politiques, nous nous inquiétons du risque que cette nomination fait peser sur notre crédibilité», écrivent-elles dans un communiqué commun, publié le 3 mars.

Elles rappellent que l'ancien président de la République «est mis en examen dans plusieurs affaires et doit être renvoyé devant le tribunal correctionnel en octobre prochain», et «compte tenu de la proximité revendiquée entre Nicolas Sarkozy et Arnaud Lagardère, dirigeant du groupe, nous redoutons qu'il soit difficile pour nos rédactions de traiter cette actualité judiciaire en toute impartialité, dans le respect de la déontologie qui régit nos métiers», préviennent-elles.

Lire aussi : Lagardère tourne la page des médias

«Les SDR et SDJ des trois rédactions réunies réaffirment dès aujourd'hui avec force leur attachement à l'indépendance éditoriale et leur vigilance quant au traitement de l'information en dehors de toute pression», ajoutent ces organisations.

Le groupe d'édition et de distribution Lagardère a annoncé fin février la cooptation «à l'unanimité» de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy et de l'ex-patron de la SNCF Guillaume Pepy à son conseil de surveillance.

L'arrivée de ces deux poids-lourds, tous deux proches des intérêts du premier actionnaire du groupe, le fonds souverain du Qatar, s'inscrit dans une offensive d'Arnaud Lagardère pour renforcer son contrôle sur l'entreprise, face aux critiques du fonds activiste Amber Capital qui réclame des changements en matière de gouvernance.

Envoyer par mail un article

Les rédactions de Lagardère inquiètes de l'arrivée de Sarkozy

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.