Les régies TV ont présenté le 19 septembre, un mois plus tôt que d’habitude, leurs conditions générales de vente pour 2024. Elles mettent l’accent sur la data retail, la télévision connectée, l’IA et les JO de Paris 2024.

- TF1 Pub consolide ses offres et se développe dans la Smart TV 

TF1 Pub ne révolutionne pas ses CGV 2024, en attendant l’évolution de la mesure d’audience de la télévision en janvier 2024. « Nous souhaitons, dans la continuité, consolider la maturité de nos offres », explique Sylvia Tassan Toffola, directrice générale de TF1 Pub. Tandis que le groupe TF1 se pose en leader du streaming gratuit en France, les projets de la régie s’inscrivent dans cette stratégie globale. Souhaitant poursuivre son accélération sur le digital, elle a, le 13 septembre, annoncé un partenariat pour commercialiser en France les espaces publicitaires de Samsung TV Plus, service de streaming intégré sur les télévisions connectées de la marque.

Au rang des priorités, TF1 Pub entend aussi augmenter sa capacité d’adressage, en premier lieu en développant son offre autour de la TV segmentée. Une offre baptisée « Live Adressable » sera lancée pour permettre d’acheter de la publicité autour des contenus live en TV via la TV segmentée et sur la plateforme MyTF1 en OTT [terminaux connectés à internet sans passer par les fournisseurs d’accès]. Côté TV segmentée toujours, la régie espère accroître sa couverture en signant en 2024 un partenariat avec Free, le dernier opérateur à ne pas compter parmi ses partenaires.

- FranceTV Publicité monte en puissance sur le sport

France Télévisions étant le diffuseur officiel de Paris 2024, sa régie, FranceTV Publicité, s’est mise en ordre de marche dans la perspective de l’événement. Si la commercialisation des offres JO a démarré le 1er décembre 2022, la suite arrive le 26 septembre, avec la commercialisation sur ADspace, sa plateforme d’achat d’espaces publicitaires, de trois packs dits « ultra premium », c’est-à-dire ouvrant à sept annonceurs les meilleurs emplacements TV et en vidéo en ligne autour de la compétition. D’autres offres suivront.

Par ailleurs, « dans ADspace, nous allons lancer un grand hub sur les inventaires sport (sponsoring, Video online et classique) au premier trimestre 2024 », indique Nathalie Dinis Clemenceau, directrice générale adjointe chargée du commerce. Les agences médias pourront consulter et acheter au même endroit les offres autour des programmes sportifs (JO, Roland-Garros, Tour de France, etc.).

Pour conquérir une cible jeune, FranceTV Publicité va aussi, en tant que régie de Brut, proposer un nouveau format pour ce média populaire auprès des 15-35 ans, inspiré des codes éditoriaux de Brut. En parallèle, la régie poursuit son travail pour la construction d’un standard de marché pour la mesure de l’attention publicitaire (Cf Stratégies n° 2183, P. 17).

- M6 Publicité se renforce sur la TV segmentée et le retail media

M6 Publicité est la première à annoncer un partenariat avec Free sur la TV segmentée. Cela lui permettra d’augmenter les capacités de ciblage de ses campagnes en incluant le parc de box de l’opérateur [pour les abonnés ayant donné leur accord, sous opt in], d’ici à la fin de l’année.

De façon générale, elle entend simplifier l’achat de ses écrans TV. Elle a optimisé ses trois produits commerciaux habituels pour vendre respectivement la chaîne M6, ses chaînes de la TNT (W9, 6ter, Paris Première…) et enfin ses chaînes jeunesse (Gulli, Canal J…). Ce qui impliquera, pour les agences, moins de briefs, moins de négociations et « une seule facture », note-t-on en interne.

Par ailleurs, la régie « accélère sa stratégie data », précise Hortense Thomine-Desmazures, directrice générale adjointe en charge du digital, de l’innovation et du marketing. « Nous allons nous renforcer sur le retail media », ajoute-t-elle. Si un partenariat a été signé dès son lancement en juin avec Unlimitail, joint-venture de Carrefour et Publicis sur le sujet, des accords avec d’autres acteurs sont en discussion. L’idée est de permettre aux annonceurs de croiser leurs données avec de la donnée Carrefour pour optimiser l’efficacité de leurs campagnes.

- Altice Media Ads & Connect accélère sur la CTV et prépare BFMTV2

La régie met l’accent sur la nouvelle tranche 20h-21h (et non 20h-22h) de BFMTV, animée dès le 25 septembre par Laurent Ruquier et, à partir de janvier, sur le lancement de BFMTV2 qui constituera un canal digital alternatif à la chaîne.

La régie étend aussi son périmètre sur la télé connectée [CTV] pour lequel elle va conclure un accord avec Samsung TV Plus pour distribuer ses chaînes BFMTV, RMC Découverte, RMC Story, ainsi que BFM Business et Tech&Co. Début 2024, huit chaînes Fast, en provenance notamment de RMC, seront autant de verticales thématiques pour affiner des ciblages. « Les opérateurs ont fragmenté les offres entre les smart TV, les plateformes, les devices, nous voulons être présents sur tous les points de contact », affirme Raphaël Porte, directeur général.

En matière de data, le périmètre est étendu à la partie audio. Objectif : infuser tous les points de contact, notamment pour la TV segmentée et la diffusion OTT (via Molotov). Le 1er janvier, la régie disposera aussi d’une data retail qui lui permettra de récupérer les segments encartés par les enseignes de distribution et servira en activation à la TV segmentée. Du côté des offres, D-One, est déclinée sur cibles (« D-cideurs », « D-livery », « D-films », « D-matches » et D-silvers »). Le « golden spot », synchronisé sur trois chaînes TNT et dix chaînes régions, s’élargit à une « golden week » du lundi au vendredi.

- Canal+ Brand Solutions s’étend avec de l'IA, de la data et du retail media

Dans ses CGV 2024, qui s’inscrivent dans la continuité, la régie présente l’offre 100% CTV qui s’adapte à la Smart TV. Des partenariats ont été signés avec Free, pour sa plateforme de cinéma et de séries, Oqee Ciné, qui intègrera l’an prochain le package MyCanal, et avec Hisense pour devenir la régie exclusive des formats de Vidaa, le système d’exploitation de ses smart TV.

« Au-delà de nos assets propres, nous avons des outils pour faire rayonner les contenus », souligne Fabrice Mollier, le président de la régie, qui dispose du renfort de RTL9 pour son offre ciné-séries et d’Eurosport, diffuseur des JO, sur son pack sport. Il s’engage aussi à mettre en place une plateforme servicielle, Canal+ Partner, et de simplifier le suivi des campagnes en passant de quatre à un point de contrôle.

Des expérimentations sont menées autour de l’IA avec « Go to Z », un compte à rebours intégré à des capsules de 3 secondes signalant l’arrivée d’un dernier spot-événement en fin d’écran, « AI End », qui permet de fusionner deux univers visuels en fin de pub avec le programme qui suit, et « Mutation » un écran inédit dont l’IA transforme tous les spots des annonceurs en fonction d’une thématique (Halloween, noël …). Côté partenariat, un accord dans le data retail est signé entre Vivendi et Valiuz, l’alliance digitale des enseignes du groupe Mulliez.