Avec le lancement de Harper’s Bazaar, le rachat de Milk et de Côté Maison, Prisma Media, géant des magazines populaires, s’invite dans le luxe avec l’envie de donner le tempo.

Lancer en France le Harper’s Bazaar quand les prix du papier et de l’énergie flambent, c’était déjà osé. Mais après avoir importé cette marque prestigieuse créée en 1867 et déjà déclinée en 30 éditions nationales, Prisma Media a été plus loin : il a opéré sa mue, sous la férule de son nouvel actionnaire Vivendi. « Ce lancement en février dernier est un élément fondateur et constitue un virage pour le groupe qui s’est historiquement construit sur des marques populaires à grande diffusion, reconnaît Philipp Schmidt, directeur général de Prisma chargé de la régie et du pôle luxe, tous les autres titres étant dirigés par Pascale Socquet. Nous avons fait le choix stratégique de construire un pôle ambitieux dédié aux marques de luxe et à l’art de vivre. Un marché de passionnés qui s’adressent à des passionnés. Le pôle affiche 20 millions d’euros de chiffre d’affaires et 70 personnes y sont dédiées. Nous voulons l’investir à long terme même si c’est un peu à rebours du marché. »

 Les neuf premiers numéros de Harper’s Bazaar ont été vendus à 55 000 exemplaires en diffusion France payée [DFP], avec 900 000 visiteurs uniques par mois sur le site et 600 000 followers sur TikTok. Proposant des séries mode produites à 100 % par l’équipe et recueillant les confidences de stars, de Catherine Deneuve à Vanessa Paradis, en passant par Lætitia Casta et Charlotte Gainsbourg, le journal s’est rapidement imposé auprès du marché et des lecteurs, rejoignant déjà le club des versions référentes, l’américaine et l’anglaise. Côté annonceurs, avec 400 pages de publicité en 2023, le succès est au-delà des attentes. Et la marque va développer sa présence sur LinkedIn avec l’envie de devenir une référence en matière de fashion business.

« Le deuxième acte de la création de notre pôle luxe est l’acquisition de Milk, qui existe depuis vingt ans et s’adresse aux passionnés de déco, des parents au profil CSP+ attachés à des achats et des voyages qui ont du sens. La marque possède trois déclinaisons print, une édition en anglais et trois licences en Asie (Chine, Corée, Japon) », détaille Philipp Schmidt. Les magazines se vendent à 120 000 exemplaires en France et 40 000 à l’étranger. Forte du succès des magasins éphémères proposés dans le Marais et au Palais Royal à l’occasion de ses 20 ans, avec de la curation d’objets, la marque rassemble un million de followers sur les réseaux sociaux. Prisma Media veut développer cette activité comme la création d’événements.

« Développements organiques »

Dernier jalon de ce pôle, le groupe Côté Maison avec Maisons Côté Sud (57 157 en DFP), Maisons Côté Ouest (51 387 en DFP), Maisons Côté Est (19 030 en DFP) et Vivre Côté Paris (30 499 en DFP) que Prisma a racheté le 30 novembre dernier. S’y ajoutent une plateforme d’e-commerce et le salon Vivre Côté Sud qui réunit à Aix-en-Provence plus de 25 000 visiteurs. « J’aimerais rassembler ces trois rédactions sur un même site en 2024, nous confie Philipp Schmidt, probablement dans le centre le Paris. Nous allons faire des développements organiques et rajouter éventuellement des marques additionnelles en acquisition ou en lancements. Et nous renforcer dans le brand content ». Jamais trop luxueux.

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.