INFORMATION

Christophe Deloire, délégué général des Etats généraux de l'information (EGI), a reconnu mercredi devant les députés qu'il est « complexe de toucher l'ensemble des citoyens », tout en se disant confiant sur le processus devant aboutir à l'été 2024.  Des élus de droite comme de gauche de l'Assemblée, où il était auditionné, l'ont mis sur le gril. « J'avoue des doutes sur la représentation du grand public, sur l'exercice lui-même, ses retombées », a lancé Jean-Jacques Gaultier (LR), quand Sarah Legrain (LFI) a dit craindre une « énième réplique du grand débat » avec le risque de « ne déboucher sur pas grand-chose». Lancés en octobre, les EGI sont pensés comme « un temps d'échange» entre experts, médias et citoyens, et doivent déboucher sur des propositions de modifications législatives.

Suivez dans Mon Stratégies les thématiques associées.

Vous pouvez sélectionner un tag en cliquant sur le drapeau.