La plateforme de streaming gratuit prendra place à partir du 8 janvier aux côtés des grands services de SVOD chez la plupart des fournisseurs d'accès.

Rodolphe Belmer, PDG du groupe TF1, a présenté mercredi 20 décembre la nouvelle plateforme de streaming TF1+ qui sera lancée à partir du 8 janvier. On la retrouvera auprès de 60% des fournisseurs d'accès à internet (Orange, Bouygues Tel puis SFR en mars), où elle bénéficiera d'un emplacement privilégié en premier écran, ainsi qu'auprès de 95% des télés connectées (Google TV, Android TV, Samsung, LG, Philips, Hisense, Amazon Fire TV, Apple TV, etc) et des applis mobiles. Le but affiché du groupe est de « devenir la première plateforme de streaming gratuit en France, en faisant levier de la puissance de notre ligne éditoriale et en maximisant la valeur de notre inventaire digital par le renforcement de notre stratégie data ».

TF1+ veut s'imposer comme « une offre de destination de référence et de première intention ». La plateforme met à disposition de ses utilisateurs plus de 15 000 heures de contenus. Elle proposera les grandes marques de divertissement (The Voice, Koh-Lanta, Danse avec les stars...), cinquante marques de programmes jeunesse, plus de 200 films, 200 téléfilms, 200 séries ou feuilletons en intégralité (HPI ou SAM, Plus Belle la vie, Vampires Diaries...). On pourra y découvrir les futures fictions Brocéliante, Mercato, Master Crimes, Daron, Cat Eyes. TF1+ disposera de droits étendus. Les contenus seront disponibles au minimum 30 jours et jusqu’à 48 mois.

Pour la première fois, une plateforme de streaming proposera une offre d’information exclusive adaptée aux usages à la demande avec « TOP INFO » : cinq formats quotidiens de 3 à 6 minutes réalisés par la rédaction et fournissant un éclairage approfondi sur les principales actualités de la journée. « Il s'agit d'apporter un produit d'appel pour inciter à la frénquentation de TF1+», a confié à Stratégies Thierry Thuillier, directeur général de l'information du groupe.

Marché de la vidéo digitale

L'offre est complétée par une cinquantaine de châines Fast thématisées. « L'usage audiovisuel des Français est en train de basculer dans une logique de consommation à la demande », a expliqué Rodolphe Belmer qui a souligné que sur 100 heures de programmes longs regardés par les 25-49 ans, le streaming représentait 35% en 2023 et qu'il atteindrait près de la moitié en 2027.

La stratégie du patron est donc de s'attaquer au marché de la publicité vidéo digitale, qui atteint 1,9 milliard d'euros (+15%) contre 3,1 milliards pour la publicité TV classique (stable). L'idée est de prendre une place à mi-chemin entre la consommation de YouTube (22 heures par mois) ou Netflix (20h-22h) et l'actuel MyTF1 (3 heures par mois). TF1 Pub entend vendre le contact en coût pour mille 15 euros, soit  à un prix trois fois supérieur à la valeur du CPM en linéaire, et trois fois inférieur à la valeur du CPM de Netflix (49 euros). Les offres commerciales ont été revues et simplifiées, les pré-roll étant supprimés sur les contenus de moins de 15 minutes, mais les mid-rolls comme les pré-rolls s'imposant sur les programmes longs.

« Dans un contexte particulièrement dynamique, marqué par la hausse continue de la consommation des contenus à la demande et par l’accélération de l’équipement des Français en Smart TV, le lancement de TF1+ renforce la position du groupe TF1 dans le marché de la vidéo digitale avec une proposition de valeur unique aussi bien pour les Français que pour les annonceurs », commente Rodolphe Belmer dans un communiqué.

Recommandation à plusieurs

Parmi les innovations de la plateforme, citons "Synchro" un algorithme de recommandation qui permettra à partir de mars de prendre en compte un visionnage conjoint et de proposer des programmes pertinents, à regarder à plusieurs, en fonction du profil des personnes présentes devant l’écran. Le groupe pérénise aussi sa fonctionnalité "Top chrono" apportant des résumés de match à la demande selon le temps dont on dispose (5, 10 ou 15 minutes).

Une importante campagne de publicité signée Belle et complétée par l'agence 4 pour le branding démarrera en TV-digital et affichage à partir de janvier.